Vénus

L'« étoile » du berger

Planète Vénus
Diamètre équatorial : 12 102 km
Masse : 4,869 0 × 1024 kg (0,814 9 × Terre)
Densité moyenne : 5,24 × eau
Vitesse de libération à l'équateur : 10,4 km·s−1
Température : 750 K (+477 °C)
Inclinaison de l'équateur sur le plan orbital : 177,3°
Période de rotation sidérale : 243,01 jours (rét.)
Période de révolution sidérale : 224,701 jours
Période de révolution synodique : 583,92 jours
Excentricité de l'orbite : 0,006 8
½ grand-axe de l'orbite : 0,723 UA
Inclinaison sur l'écliptique : 3,394°
Vitesse moyenne sur orbite : 35,03 km·s−1
Albédo : 0,65
Nombre de satellites : 0

En raison de sa proximité et de son albédoAlbédo : pourcentage de la lumière solaire réfléchie par un corps du Système solaire. L'albédo s'exprime par un chiffre compris entre 0 (réflexion nulle) et 1 (réflexion de 100 %).
Glossaire
élevé (0,65), la planète Vénus est très facile à repérer. Bien que circulant également à l'intérieur de l'orbite de la Terre, elle peut être observée bien plus facilement que Mercure : ses élongationsÉlongation : écart angulaire d'un astre au Soleil, mesuré depuis la Terre. Pour les planètes orbitant à l'intérieur de l'orbite terrestre, elles ne peuvent être observables en pleine nuit et à l'opposé du Soleil.
Glossaire
maximales approchent les 48°.
Vue depuis la Terre, Vénus présente des phases à l'image de notre Lune. L'observation de ce phénomène permit à GaliléeGalileo Galilei
En janvier 1610, il découvre les quatre gros satellites de Jupiter et les phases de Vénus. Ces observations confortent son idée de la rotation de la Terre sur son axe et de sa révolution autour du Soleil. Cette conception lui vaut une condamnation à résidence par le Saint-Office…
Glossaire
(1564 - 1642) d'apporter une preuve de la validité de la théorie héliocentriqueHéliocentrisme : modèle cosmologique qui place le Soleil au centre de l'Univers.
Glossaire
de Nicolas CopernicNicolas Copernic
Après avoir étudié les mathématiques, la philosophie aristotélicienne et l'astronomie à l'université de Cracovie, il devient chanoine de Frauenburg en 1501, après un périple de trois années en Italie et un bref passage à l'université de Padoue…
Glossaire
(1473 - 1543).
Les anciennes civilisations avaient déjà remarqué la « dualité » de Vénus, parfois visible le soir à l'Ouest et d'autre le matin à l'Est. L'astre de l'aurore était Phosphorus ou Lucifer, l'astre du soir Hesperus ou Vesper. Bien que déjà connue des Babyloniens, l'unicité de cette « double apparition » fut reconnue par le mathématicien et astronome grec Pythagore de Samos (vers 550 av. J.-C.).
Improprement encore appelée « Étoile du berger », il faudra attendre les romains pour lui attribuer le nom de leur déesse de la beauté et de l'amour vers le premier siècle avant notre ère. Dans le pur respect de cette identification, la nomenclature des formations vénusiennes comporte quasi exclusivement des noms féminins (mythologiques et réels).

Vénus la pudique...

La planète fut survolée pour la première fois en 1962 par la sonde américaine Mariner-2. Mais le désenchantement fut à la hauteur des espérances : Vénus protège ses atours sous une épaisse couche de nuages. Seule la masse de la planète put être mesurée à partir des effets gravitationnels sur la trajectoire de la sonde : 80 % de celle de la Terre. La densité de l'atmosphère de Vénus est si élevée (1/10 de celle de l'eau) qu'elle engendre une pression qui vaut 93 fois celle de la Terre ! Le nombre d'échecs assez conséquent des premières missions spatiales vers Vénus s'explique par une mauvaise estimation de l'importance de cette couche de gaz.
Dès 1960, les études radar depuis la Terre ont démontré que la couche la plus externe de l'atmosphère tourne en 4 jours, alors que la planète fait une révolution en 243 jours également dans le sens rétrograde. Les nuages de Vénus défilent ainsi 60 fois plus vite que la planète qui tourne la « tête en bas ». La période de révolution sidérale étant de 224,7 jours, la journée sur Vénus est légèrement supérieure à l'année.
Les nombreuses sondes envoyées vers Vénus confirmèrent les analyses spectroscopiquesSpectroscopie : branche de l'astrophysique qui étudie les objets célestes par l'examen de leur spectre. Cette analyse procure des informations sur la température, la composition chimique et permet de déduire le mouvement radial des corps célestes.
Glossaire
faites depuis la Terre, l'atmosphère de Vénus est essentiellement constituée de dioxyde de carbone (plus de 96 %). Il s'en suit un effet de serre important, la température de surface est supérieure à celle de Mercure : elle avoisine les 480 °C.
L'espérance de vie d'une sonde à la surface inhospitalière de Vénus étant des plus courtes, les principales données sur cette planète nous viennent des sondes orbitales.

...dévoilée au radar !

La technique radar, la seule possible, a permis à la sonde Magellan de dresser la carte la plus précise de la planète avec une résolution moyenne de 120 mètres.
La surface de Vénus est essentiellement composée de vastes plaines, surmontées par deux « continents » : Aphrodite Terra et Ishtar Terra. Ce dernier est dominé par la chaîne de montagnes Maxwell Montes dont le point culminant se situe à une altitude de 12 km.
L'image en fausses couleurs ci-contre révèle un hémisphère de Vénus reconstitué par l'imagerie radar de la sonde Magellan. Les reliefs les plus élevés apparaissent en rouge, les plus bas en bleu. Le « continent » Aphrodite Terra est nettement visible sur la partie gauche de l'image. Les deux autres zones de reliefs sont : Atla Regio, au centre, et Beta Regio vers le bord supérieur droit.
Le nombre de cratères observés sur Vénus est relativement faible, seulement une centaine ont été repérés, le sol de la planète semble donc être géologiquement récent : environ 500 millions d'années. Étant dépourvue de tectonique des plaques, le volcanisme semble être l'élément déterminant pour le renouvellement de la surface.

Hémisphère de Vénus en fausses couleurs
Image radar d'un hémisphère de Vénus

Crédits photographiques : NASA, sauf mention contraire.