Glossaire

Définitions de termes en G

G
Une des 10 classes spectralesClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
dans la typologie définie par l'observatoire de Harvard.
Les étoiles de type G sont de couleur jaune avec une température de surface comprise entre 4 500 et 6 000 kelvinsKelvin : le kelvin est l'unité de mesure de la température absolue, soit la mesure de l'agitation cinétique des particules (atomes ou molécules) qui constituent un corps ; le point zéro indiquant une agitation cinétique nulle. Ce zéro absolu équivaut à −273,15 °Celsius, ou 0 °C = 273,15 kelvins.
Glossaire
. Leur spectre montre le raies H et K du calcium ionisé (Ca II) et raies métalliques Ca I et Fe I (exemple : Soleil).
C'est aussi le symbole de la constante gravitationnelle (6,67 × 10−11N·m2·kg−2).
Galaxie
Les étoiles ne se distribuent pas au hasard dans l'UniversUnivers : ensemble de tout ce qui existe.
Glossaire
, elles tendent à se regrouper dans des objets comprenant chacun entre un à cent milliards de membres, ainsi que de la matière interstellaire (gaz, poussières…), que l'on nomme galaxies. Les télescopes les plus puissants ont permis d'en dénombrer plusieurs millions réparties sur l'ensemble de la voûte céleste. D'une manière générale, il faut distinguer « notre » Galaxie (avec le G majuscule), aussi appelée Voie lactéeVoie lactée : en l'absence de toute pollution lumineuse, la voûte céleste semble traversée par une bande blanchâtre. En raison de sa similitude avec une trainée laiteuse, elle fut appelée galaxias (voie de lait) par les grecs.
Glossaire
, des autres galaxies. Comme pour les étoiles, les galaxies s'associent en amas, voire en superamas.
En 1610, GaliléeGalileo Galilei
En janvier 1610, il découvre les quatre gros satellites de Jupiter et les phases de Vénus. Ces observations confortent son idée de la rotation de la Terre sur son axe et de sa révolution autour du Soleil. Cette conception lui vaut une condamnation à résidence par le Saint-Office…
Glossaire
découvre que la Voie lactée est en fait constituée d'un nuage extrêmement dense d'étoiles peu lumineuses, il faudra cependant attendre l'année 1925 pour que l'astronome Edwin HubbleEdwin Hubble
La jeunesse de Edwin Hubble se partage entre plusieurs passions : les mathématiques, l'astronomie et… la boxe où il concourt dans la catégorie « poids-lourds ». En 1910, il change de cap et rejoint Oxford pour étudier la jurisprudence…
Glossaire
(1889 - 1953) puisse démontrer — à l'aide du télescope Hooker du Mont Wilson — que les autres galaxies étaient également des concentrations d'étoiles situées bien au-delà de la Voie lactée. À partir de 1929, il élabore un diagramme en forme de diapason (complété par Gérard de Vaucouleurs en 1959) qui classe les galaxies en fonction de leurs morphologies.
La classification de Hubble distingue essentiellement trois grands types de galaxies :
  1. les galaxies elliptiques se distinguent sous la forme d'une ellipse plus ou moins aplatie, la distribution des étoiles se densifie depuis la périphérie vers le centre. Elles ne montrent aucune structure interne et sont classées en fonction de leur ellipticité, de E0 à E7 ;
  2. les galaxies lenticulaires ont été rajoutées pour répertorier les galaxies elliptiques possédant un bulbe très développé (S0) ;
  3. les galaxies spirales se retrouvent sous la forme d'un disque aplati dessinant des spirales plus ou moins développées qui partent du bulbe central.
Les galaxies spirales se divisent en deux groupes : les spirales (S) et les spirales barrées (SB). Les bras spiraux de ces dernières se forment depuis les extrémités d'une structure rectiligne qui s'étend de part et d'autre du bulbe. Les Sa et SBa désignent les galaxies aux spirales peu déployées autour d'un bulbe imposant. Les Sc et SBc ont un bulbe plus discret d'où partent des bras très ouverts. Les Sb et SBb ont des propriétés intermédiaires.
À ces trois groupes, il convient de rajouter les galaxies irrégulières qui ne montrent aucune de ces structures.
L'observation de la variabilité d'étoiles céphéidesCéphéides : étoiles variables pulsantes dont les périodes de pulsation vont de 1 à 70 jours.
Glossaire
au sein d'une galaxie permet d'évaluer sa distance.
Séquence de Hubble
La classification de Hubble : E = elliptiques, SO = lenticulaires, S = spirales, SB = spirales barrées
Classification révisée des galaxies par de Vaucouleurs (simplifiée)
ClasseLibelléSubdivisionsCaractéristiques
ElliptiquesE0 à 7Galaxies dépourvues de gaz et de poussières
Formes allant de la sphère (0) à l'ellipsoïde aplati (7)
Population de vieilles étoiles (jaunes)
Ex : M 105M 105
Galaxie découverte par Pierre Méchain le 24 mars 1781. C'est une galaxie elliptique du même ordre de masse que la Voie Lactée.
Messsier 105
= E1
LenticulairesSO1 à 3
1 : aspect plus proche des elliptiques
3 : aspect plus proche des spirales
Transition entre les elliptiques et les spirales
Bulbe assez gros et ébauche d'un disque
Ex : M 85 = SO
SpiralesSAa, ab, b, bc, c, cd, d, (r)
a : bras fermés autour d'un bulbe moyen
c : bras très ouverts autour d'un bulbe réduit
(r) : présence d'une structure en anneau
Galaxies riches en gaz et en poussières
Population d'étoiles jeunes (bleutées)
Ex : M 31M 31
Pôle d'attraction de la constellation, cette galaxie spirale vue de trois-quarts est l'objet le plus lointain discernable à l'œil nu.
Messsier 31
= SAb, M 109M 109
Cette galaxie spirale barrée est une nouvelle découverte de Pierre Méchain, la même nuit que M 97 et M 108 (12 mars 1781).
Messsier 109
= SBc
IntermédiairesSAB
Spirales barréesSB
IrrégulièresIGalaxies n'entrant dans aucune des catégories précédentes
Ex : Petit Nuage de Magellan
Les galaxies irrégulières ne doivent pas être confondues avec celles marquées pec (peculiar).
Ces dernières sont d'un type bien identifié mais possèdent une « anomalie » qui les rend uniques.
Ce sont souvent des galaxies spirales fortement déformées par le rapprochement ou la collision avec une autre galaxie.
Galilei Galileo, dit Galilée
(1564, Pise - 1642, Arcetri)
Galilée Considéré comme l'instigateur de la science expérimentale, Galilée est tout autant physicien que mathématicien ou astronome.
Dès 1583, il démontre que la durée de l'oscillation d'un pendule est indépendante de l'amplitude du mouvement et énonce le principe d'inertie.
En juin 1609, il apprend l'existence en Hollande d'un dispositif à usage militaire capable de faire apparaître proche des objets éloignés. À partir de quelques renseignements sommaires, il parvient à construire un appareil du même type et en détourne l'utilisation à l'étude de la LuneLune
Le couple Terre-Lune peut être considéré comme une planète double qui orbite autour du Soleil à partir d'un centre de gravité commun…
Lune
(ses premières descriptions du relief lunaire vaudront à cet instrument optique le nom de « lunette ») et de la voûte céleste. Dans son Sidereus Nuncius (le Messager Céleste), qui paraît moins d'un an après ces observations, il annonce également la contemplation de taches à la surface du SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
, mettant ainsi à mal le dogme de l'incorruptibilité des cieux.
En janvier 1610, il découvre les quatre gros satellites de Jupiter (Io, Europe, Ganymède et Callisto, appelés pour cette raison « satellites galiléens ») et les phases de VénusVénus
Ses élongations maximales approchent les 48° et, en raison de son albédo élevé, elle peut être observée plus facilement que Mercure…
Planète Vénus
. Ces observations confortent son idée de la rotation de la TerreTerre
Minuscule fragment de matière flottant autour d'une étoile banale, la planète Terre est pourtant la plus massive des planètes telluriques.
Planète Terre
sur son axe en une journée et de sa révolution autour du Soleil sur une année.
Cette conception, considérée comme hérétique, lui vaut une condamnation à résidence (1633) par le Saint-Office, ce qui n'empêchera nullement ses écrits de se divulguer dans l'Europe savante.
Les 28 décembre 1612 et 22 janvier 1613, lors d'observations de JupiterJupiter
La plus grosse planète du Système solaire est aussi celle qui tourne le plus rapidement sur elle-même : un peu moins de dix heures au niveau de l'équateur…
Planète Jupiter
, Galilée reporte sur ses dessins une étoile qui s'avérera être… NeptuneNeptune
Bien que repérable aux jumelles, la huitième planète du Système solaire reste décevante au télescope, même à forte puissance…
Planète Neptune
 ! Les deux planètesPlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
étaient angulairement proches l'hiver 1612-1613. On sait aujourd'hui qu'il avait également observé, sans en avoir autrement conscience, la planète UranusUranus
Théoriquement visible à l'œil nu, il faudra cependant attendre l'invention du télescope pour qu'elle puisse être découverte par William Herschel…
Planète Uranus

Un cratère de 15,5 km de diamètre lui est voué à la surface de la Lune (10,5 °N - 62,7 °O) ainsi qu'une rainure sinueuse de 180 km de longueur (13,0 °N - 58,0 °O). Il se voit également attribué un cratère martien et l'astéroïdeAstéroïde : petit corps orbitant autour du Soleil et dont la plus grande dimension ne dépasse pas quelques centaines de kilomètres.
Glossaire
n° 697.
Gémeaux
Une des 13 constellationsConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
du zodiaqueZodiaque : bande de 17°, centrée sur l'écliptique, dont les planètes ne s'écartent jamais. Les constellations traversées par cette zone ayant presque toutes des noms d'animaux, elle est appelée le zodiaque qui vient du mot grec zodiakos signifiant « ayant rapport aux animaux ».
Glossaire
. Son sigle est Gem (Gemini).
Constellation des Gémeaux
Constellation des Gémeaux - CC BY 3.0
Géocentrisme
Ancien modèle cosmologique qui plaçait la TerreTerre
Minuscule fragment de matière flottant autour d'une étoile banale, la planète Terre est pourtant la plus massive des planètes telluriques.
Planète Terre
au centre de l'UniversUnivers : ensemble de tout ce qui existe.
Glossaire
. Il fut progressivement abandonné à partir du 16e siècle au profit de l'héliocentrismeHéliocentrisme : modèle cosmologique qui place le Soleil au centre de l'Univers.
Glossaire
de Nicolas CopernicNicolas Copernic
Après avoir étudié les mathématiques, la philosophie aristotélicienne et l'astronomie à l'université de Cracovie, il devient chanoine de Frauenburg en 1501, après un périple de trois années en Italie et un bref passage à l'université de Padoue…
Glossaire
.
Géoïde
Volume théorique dont la surface est perpendiculaire à la verticale en chaque point du globe et passe par le niveau moyen des mers.
Gibbeux
Le terme, qui désigne un objet en « forme de bosse », s'applique à un corps du Système solaireSystème solaire : ensemble des corps célestes placés sous l'attraction gravitationnelle du Soleil, qui contient à lui seul 99,8 % de la masse du système.
Glossaire
lorsque sa surface visible depuis la TerreTerre
Minuscule fragment de matière flottant autour d'une étoile banale, la planète Terre est pourtant la plus massive des planètes telluriques.
Planète Terre
est éclairée à plus de la moitié.
Girafe
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
circumpolaireCircumpolaire : une constellation est dite circumpolaire lorsque, pour une latitude donnée, elle reste toute l'année au-dessus de l'horizon.
Glossaire
nord qui semble avoir été créée uniquement pour combler une région du ciel comprenant peu d'étoiles très brillantes entre la Grande Ourse et Cassiopée. Son sigle est Cam (Camelopardalis).
Constellation de la Girafe
Constellation de la Girafe - CC BY 3.0
Grand Chien
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
facile à repérer au sud-est d'Orion, elle contient l'étoile SiriusSirius
C'est l'étoile la plus brillante de tout le ciel, elle est la sixième par ordre de distance au Soleil.
Sirius
qui est la plus brillante de tout le ciel. Son sigle est CMa (Canis Major).
Constellation du Grand Chien
Constellation du Grand Chien - CC BY 3.0
Grande Ourse
Elle fait partie des constellationsConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
les plus anciennes et les plus connues, bien qu'elle s'étende très au-delà de la forme simplifiée de l'astérismeAstérisme : groupe d'étoiles dont la disposition vue depuis la Terre permet un rattachement à une figure ou un objet usuel.
Glossaire
du « Grand chariot » ou de la « Casserole » avec laquelle elle est parfois confondue. Son sigle est UMa (Ursa Major).
Constellation de la Grande Ourse
Constellation de la Grande Ourse - CC BY 3.0
Gravitation
La plus faible des quatre forces fondamentales de la nature. Uniquement attractive, elle attire deux corps avec une force proportionnelle aux masses et inversement proportionnelle au carré de la distance. Exprimée par Isaac NewtonIsaac Newton
Esprit universel, Newton peut être tout autant qualifié de mathématicien, physicien que d'astronome. Co-inventeur du calcul différentiel et intégral avec Gottfried Wilhelm Leibniz, il est également le créateur du premier télescope qui porte son nom…
Glossaire
(1643 - 1727) en 1685 dans le cadre de la mécanique classique, cette loi sera vérifiée expérimentalement par Henry Cavendish (1731 - 1810) en 1798.
Dans la théorie de la relativité générale, énoncée par Albert EinsteinAlbert Einstein
Entre 1905 et 1916, il édifie une théorie générale de l'Univers, dite Théorie de la Relativité, expliquant de nombreux phénomènes observés au niveau atomique (Relativité restreinte) et astronomique (Relativité générale)…
Glossaire
(1879 - 1955) en 1916, la gravitation devient une propriété de l'espace-temps qui se déforme en présence d'un corps massif.
Greenwich
Ancien observatoire au sud-ouest de Londres dont le méridien a été arbitrairement adopté comme « méridien zéro ». C'est lui qui marque l'origine des fuseaux horaires.
Grive solitaire
Cette ancienne constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
est issue, sous le nom latin de « Turdus Solitarius », de l'imagination de l'astronome français Pierre Charles Lemonnier (1715 - 1799) en 1776. À l'origine ce nom faisait référence à un oiseau appelé le « Solitaire » (Pezophaps Solitaria), plus connu sous le nom de « Dodo ». C'est une mauvaise interprétation qui l'aurait transformée en grive.
Grue
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
de l'hémisphère Sud située entre le Poisson austral et le Toucan. Son sigle Gru (Grus).
Constellation de la Grue
Constellation de la Grue - CC BY 3.0