Carte

Lièvre

Lepus - Lep

Lièvre
  • Observation optimale : Janvier
  • Zone de visibilité : 62° N / 90° S
  • Rang de taille : 51
  • Étoile la plus lumineuse : Arneb (α)

Situé sous le chasseur OrionOrion
Constellation visible en hiver, facilement identifiable à partir des trois étoiles alignées formant la « Ceinture du géant ».
Orion
, le Lièvre est poursuivit par le Grand ChienGrand Chien
Constellation australe visible en hiver, elle renferme l'étoile la plus brillante de tout le ciel : Sirius.
Grand Chien
et le Petit ChienPetit Chien
Constellation boréale visible en hiver surtout repérable par son étoile α : Procyon.
Petit Chien
. Cette constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
reste toujours basse sur l'horizonHorizon : projection sur la sphère céleste du plan horizontal passant par le point de vision de l'observateur.
Glossaire
vue depuis la France et est surtout repérable par ses « oreilles ».
Les Arabes y placèrent logiquement le Trône du géant (Orion) et les Égyptiens la Barque d'Osiris (Osiris étant également représenté par Orion) flottant sur le Nil (Éridan).
La constellation du Lièvre ne semble issue d'aucune mythologie, elle est cependant répertoriée par PtoléméePtolemaeus Claudius, dit Ptolémée
Très peu d'éléments de la vie de Ptolémée sont connus, mais on le sait auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, dont deux feront autorité jusqu'à la Renaissance (l'Almageste et Géographie)…
Glossaire
dans son Almageste au IIe siècle.
Le découpage est officialisé par l'Union Astronomique InternationaleL'UAI a pour mission de promouvoir l'astronomie sous tous ses aspects : recherche, communication, éducation, etc., par le biais de la coopération internationale.
Union Astronomique Internationale
en 1930.

Objets stellaires intéressants
R Leporis = (Crimson star)
Étoile variable Période : 432,13 jours Distance : ≈ 1 300 a.l.
Ascension droite : 04h 59m 36,42s (J2000) Déclinaison : −14° 48' 21,6" (J2000) Magnitude : 5,5 à 11,7
R Leporis
L'étoile R Leporis, sa couleur rouge cramoisie apparaît distinctement.

R Leporis est une étoile variable carbonée que l'on retrouve également sous le nom d'« Étoile cramoisie de Hind » ou « Crimson star ». Cette teinte caractéristique est surtout remarquée aux abords du minimum d'intensité, elle peut être causée par le carbone contenu dans l'atmosphère externe de l'étoile filtrant la partie bleue du spectre dans la lumière visible. Elle fut remarquée par l'astronome britannique John Russell Hind (1823 - 1895) en 1845 qui rapporte l'avoir vue comme « une goutte de sang sur un champ noir ».

Gamma (γ) Leporis
Étoile double Séparation : 96,3" Distance : 29,12 a.l. ± 0,05
Ascension droite : 05h 44m 27,81s (J2000) Déclinaison : −22° 26' 54,2" (J2000) Magnitude : 3,60 ± 0,10 et 6,3
Gamma Leporis
L'étoile γ Leporis, la variable AK Leporis est visible juste au-dessus.

La composante principale est une étoile de classe spectraleClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
 F6 V avec une masse de 1,23 M⊙ (± 0,05) pour un rayon de 1,33 R⊙ (± 0,04). Sa période de rotation est de seulement 6 jours ; pour comparaison, elle est de 32 jours à l'équateurÉquateur : intersection de la surface d'un astre et du plan situé à égale distance de ses pôles, il marque la latitude zéro.
Glossaire
pour notre SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
.
La secondaire est une variable de classe spectrale K2 V, elle est répertoriée AK Leporis. Les variations de luminosité sont dues à la rotation différencielle de l'étoile couplée à des taches stellaires et à d'autres activités chromosphériques.
L'étude de leurs mouvements montre que ces deux étoiles sont animées d'un déplacement identique au groupe Ursa cluster de la Grande OurseGrande Ourse
Constellation circumpolaire, elle fait partie des plus anciennes et les plus connues.
Grande Ourse
.

Sélection d'objets non-stellaires
Messier 79 = NGC 1904
Amas globulaire - V Dimension : Ø 8,7' Distance : 41 000 a.l.
Ascension droite : 05h 24m 10,64s (J2000) Déclinaison : −24° 31' 27,5" (J2000) Magnitude : 7,70 ± 0,10

Nébuleuſe ſans étoile, placée au-deſſous du Lièvre, & ſur le parallèle d'une étoile de la ſixième grandeur : vue par M. Méchain le 26 Octobre 1780. M. Meſſier la chercha le 17 Décembre ſuivant : cette nébuleuſe eſt belle ; le centre brillant, la nébuloſité peu diffuſe : ſa poſition déterminée par l'étoile ε du Lièvre, quatrième grandeur. (17 Décembre 1780)
[Extrait du Catalogue des Nébuleuses et des Amas d'Étoiles, paru dans Connaissance des temps - 1784]

NGC 1904
L'amas globulaire Messier 79

Amas globulaireAmas globulaire : composés de vieilles étoiles (regroupées dans une sphère) ils se distribuent dans un halo sphérique englobant notre Galaxie.
Glossaire
découvert par Pierre MéchainPierre Méchain
En raison de difficultés financières, son père ne peut lui assurer une formation d'architecte, profession qu'il voudrait le voir prendre comme lui. Ayant eu connaissance de son intérêt pour l'astronomie, Joseph de Lalande le prend comme élève…
Glossaire
(1744 - 1804) le 26 octobre 1780, il sera répertorié par Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817) le 17 décembre. Il n'est pas impossible qu'il fut déjà observé par Giovanni Battista Hodierna (1597 - 1660) plus d'un siècle auparavant, malheureusement ses notes sont trop imprécises pour pouvoir le garantir avec certitude.
L'amas s'éloigne de nous à 198 km·s−1.

Les coordonnées équatoriales J2000 et les magnitudes associées (V) sont extraites des bases de données HyperLeda (http://leda.univ-lyon1.fr) et du CDS Portal (http://cdsportal.u-strasbg.fr/). Les données relatives aux supernovæ proviennent de The Open Supernova Catalog (https://sne.space/).
Sauf mention contraire, les illustrations sont issues des différents catalogues du Digitized Sky Survey (http://archive.stsci.edu/cgi-bin/dss_form).