Carte

Taureau

Taurus - Tau

Taureau

Le Taureau est l’une des 48 constellationsConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
identifiées par PtoléméePtolemaeus Claudius, dit Ptolémée
Très peu d'éléments de la vie de Ptolémée sont connus, mais on le sait auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, dont deux feront autorité jusqu'à la Renaissance (l'Almageste et Géographie)…
Glossaire
au IIe siècle dont le découpage a été officialisé par l'Union Astronomique InternationaleL'UAI a pour mission de promouvoir l'astronomie sous tous ses aspects : recherche, communication, éducation, etc., par le biais de la coopération internationale.
Union Astronomique Internationale
en 1930. Traversée par l'écliptiqueÉcliptique : projection du plan de l'orbite terrestre sur la voûte céleste. Pour cette raison, il correspond également au déplacement apparent du Soleil parmi les étoiles sur une année.
Glossaire
, elle fait également partie des constellations zodiacales (Voir : ZodiaqueZodiaque : bande de 17°, centrée sur l'écliptique, dont les planètes ne s'écartent jamais. Les constellations traversées par cette zone ayant presque toutes des noms d'animaux, elle est appelée le zodiaque qui vient du mot grec zodiakos signifiant « ayant rapport aux animaux ».
Glossaire
) ; la trajectoire du SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
s'y projette du 14 mai au 22 juin.
Dans la mythologie grecque, l'astérisme représente la métamorphose de Zeus utilisée pour enlever la fille du roi de Phénicie : Europe.
Les Égyptiens y virent le bœuf Apis, le dieu du Nil.
Le Taureau abrite le radiantRadiant : point sur la voûte céleste d'où semblent provenir les météorites d'un même essaim.
Glossaire
de plusieurs essaims de météorites.

Objets stellaires intéressants
Phi (φ) Tauri
Étoile double Séparation : 52,1" Distance : 321 a.l. ± 8
Ascension droite : 04h 20m 21,27s (J2000) Déclinaison : +27° 21' 02,7" (J2000) Magnitude : 5,01 ± 0,09 et 8,62 ± 0,10
Étoile Phi Tauri
L'étoile double φ Tauri, HD 27482 est visible à gauche de l'image.

La composante primaire est une géante de classe spectraleClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
 K1 III de 1,36 M⊙. La température de sa photosphère est de 4 479 kelvinsKelvin : le kelvin est l'unité de mesure de la température absolue, soit la mesure de l'agitation cinétique des particules (atomes ou molécules) qui constituent un corps ; le point zéro indiquant une agitation cinétique nulle. Ce zéro absolu équivaut à −273,15 °Celsius, ou 0 °C = 273,15 kelvins.
Glossaire
, la luminosité vaut 131 fois celle du SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
.
La secondaire est visible à un écart angulaire de 52".
Une autre étoile, HD 27482 de magnitudeMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
 12,3, est visible à un peu plus de 118". Elle n'est pas liée au système.

T Tauri
Variable prototype Période : irrégulière Distance : 471 a.l. ± 4
Ascension droite : 04h 21m 59,43s (J2000) Déclinaison : +19° 32' 06,4" (J2000) Magnitude : 8,4 à 13,5
T TAuri
L'étoile T Tauri (orangée, au centre de l'image) et la nébuleuse NGC 1554 - Crédit : Don Goldman

Prototype d'une classe de variables irrégulières.
Déjà inscrite sur des cartes célestes anciennes, elle fut (re)découverte par l'astronome anglais John Russel Hind (1823 - 1895) en 1852. Elle était alors de magnitudeMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
 10 et englobée dans une nébulosité (aujourd'hui NGC 1555). La luminosité de cette dernière diminua dans les années qui suivirent, jusqu'à disparaître totalement en 1868. Elle fut retrouvée photographiquement par la suite, mais de forme et de dimensions différentes.
La position occupée par T Tauri dans l'évolution stellaire est celle d'un astre très jeune, vraisemblablement moins d'un million d'années. Les réactions nucléaires en son centre se sont amorcées et l'étoile est encore dans une phase d'instabilité en raison du déséquilibre entre les forces de gravitation et de radiation.
Le système T Tauri est composé d'au moins trois membres, les deux autres émettent surtout dans le domaine de l'infrarouge. Des observations effectuées à l'aide du Very Large Array semblent démontrer que l'étoile T Tauri a vu son orbiteOrbite : trajectoire, généralement elliptique, décrite par un corps naturel ou artificiel soumis au champ gravitationnel d'un autre corps considéré comme fixe.
Glossaire
modifiée après un passage rapproché de l'un de ses compagnons et pourrait même être éjecté du système.

Sélection d'objets non-stellaires
Messier 45 = Melotte 22 = Pléiades
Amas ouvert - I 3 r (n) Dimension : Ø 110' Distance : 440 a.l.
Ascension droite : 03h 46m 60,00s (J2000) Déclinaison : +24° 07' 00,12" (J2000) Magnitude : 1,2

Amas d'étoiles, connues ſous le nom de Pléiades. La poſition rapportée eſt celle de l'étoile Alcyone. (4 Mars 1769)
[Extrait du Catalogue des Nébuleuses et des Amas d'Étoiles, paru dans Connaissance des temps - 1784]

Pléiades
L'amas ouvert Messier 45
Carte des Pléiades
Carte des Pléiades

Amas ouvertAmas ouvert : composés d'étoiles relativement jeunes, toutes nées de la même nébuleuse, ils se situent principalement dans le plan du disque des galaxies spirales.
Glossaire
aussi connu en littérature qu'en astronomie, son étymologie est à relier aux mots grecs pleïn ou pleïos qui signifient respectivement « naviguer » et « beaucoup ». Objet type à observer aux jumelles, il constitue également un excellent test de vision. Si la plupart des observateurs y distinguent 6 à 7 étoiles à l'œil nu (dans un ciel de qualité), on raconte que Michael Mästlin (ou Mæstlin, 1550 - 1631, le tuteur de Johannes KeplerJohannes Kepler
Né prématurément et d'une nature fragile, il a de plus failli être emporté par la variole à l'âge de quatre ans. Cette grave maladie lui laissera de terribles séquelles, notamment une très forte myopie…
Glossaire
(1571 - 1630), pouvait en dénombrer jusqu'à 14.
Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817) rajouta ce groupe d'étoiles à l'inventaire de la première mouture de son catalogueCatalogue Messier
Premier catalogue d'objets non-stellaires dressé par Charles Messier, il contient 110 entrées.
Catalogue Messier
, bien que son aspect ne présente aucune similitude avec la vision d'une comète. Connu depuis la plus haute Antiquité, des écrits relatifs à son observation datent de -2357, il faudra attendre les grecs pour affubler ses sept étoiles visibles à l'œil nu des noms des sept sœurs des Pléiades : Alcyone, Asterope, Electra, Maïa, Merope, Taygeta et Celæno.
Vers 1650, le jésuite italien Giovanni Battista Riccioli (1598 - 1671) en rajouta deux nouveaux : Pleione et Atlas, les parents des Pléiades. Alcyone (ou η), l'étoile la plus brillante du groupe, fut autrefois appelée « la Poule », l'amas lui même étant désigné de « poussinière ».
GaliléeGalileo Galilei
En janvier 1610, il découvre les quatre gros satellites de Jupiter et les phases de Vénus. Ces observations confortent son idée de la rotation de la Terre sur son axe et de sa révolution autour du Soleil. Cette conception lui vaut une condamnation à résidence par le Saint-Office…
Glossaire
(1564 - 1642) sera le premier, en 1610, à en faire une observation à l'aide d'une lunette astronomique et portera le nombre de ses membres à 36. Les estimations modernes ont portées cette valeur à 2 000 étoiles. L'amas est très jeune, seulement 78 millions d'années, et semble encore baigner dans la nébulosité qui lui a donné naissance. Cependant, des études récentes semblent démontrer que l'ensemble de l'amas et la nébuleuse n'ont pas la même vitesse apparente. Leur rencontre serait donc fortuite.
Évidente sur les photographies en longues poses, la première trace de nébulosité fut remarquée visuellement pour la première fois autour de Mérope par l'astronome allemand Ernst Wilhelm Tempel (1821 - 1889), le 19 octobre 1859 à Venise, avec une lunette de seulement 10 cm de diamètre ! La structure complexe sera ensuite révélée par le pionnier de l'astrophotographie Isaac Roberts (1829 - 1904), entre 1883 et 1886.
Les Pléiades se présentent avec un diamètre pratiquement équivalent à quatre fois celui de la Lune. La densité de l'amas est donc faible et il devrait se disperser dans les 250 millions d'années.

NGC 1514 = Boule de cristal
Nébuleuse planétaire - I 3 r (n) Dimension : Ø 114" Distance : - -
Ascension droite : 04h 09m 16,95s (J2000) Déclinaison : +30° 46' 33,5" (J2000) Magnitude : 10,19 ± 0,71
NGC 1514
La nébuleuse planétaire NGC 1514
NGC 1555 = Nébuleuse variable de Hind
Nébuleuse à émission Dimension : variable < 7' Distance : 600 a.l.
Ascension droite : 04h 21m 56,71s (J2000) Déclinaison : +19° 32' 03,6" (J2000) Magnitude : variable
NGC 1555
La nébuleuse variable de Hind

La nébuleuse semble étroitement associée à l'étoile principale du système triple de T Tauri, cependant sa variabilité en luminosité ne suit pas le même rythme.

Hyades = Caldwell 41 = Collinder 50 = Melotte 25
Amas ouvert - II 3 m Dimension : Ø 330' Distance : 150 a.l.
Ascension droite : 04h 26m 54,00s (J2000) Déclinaison : +15° 52' 00,0" (J2000) Magnitude : 0,5
Hyades
L'amas des Hyades

Hyades est le nom collectif des étoiles formant l'un des amas ouvertsAmas ouvert : composés d'étoiles relativement jeunes, toutes nées de la même nébuleuse, ils se situent principalement dans le plan du disque des galaxies spirales.
Glossaire
les plus connus et facilement identifiable à l'œil nu sous l'apparence d'un « V » couché. Anciennement Suculæ, représentation latine d'une truie avec ses petits, cet assemblage était vu sous la forme d'un troupeau de chameaux par les arabes. La représentation « moderne » est celle d'une tête de taureau.
Il est placé à une distance double de celle de la géante rouge Aldébaran (l'œil du taureau), qui se superpose par projection et ne fait pas partie de l'amas. Toutes ces étoiles sont nées de la même nébuleuse et animées d'un mouvement propre identique en direction d'un point proche de Bételgeuse (α Ori).
Situées près du plan de l'écliptiqueÉcliptique : projection du plan de l'orbite terrestre sur la voûte céleste. Pour cette raison, il correspond également au déplacement apparent du Soleil parmi les étoiles sur une année.
Glossaire
, les étoiles des Hyades sont susceptibles d'être souvent occultées. C'est lors de l'« éclipseÉclipse : passage d'un corps céleste dans le cône d'ombre d'un autre astre. Le terme « Éclipse de Soleil » couramment employé est impropre, le Soleil étant masqué par la Lune, il s'agit d'une occultation.
Glossaire
 » de SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
du 29 mai 1919, qui avait lieu en cette position, que fut vérifiée l'une des prédictions de la théorie de la relativité générale : la déviation des rayons lumineux provenant des étoiles par la présence d'un corps massif (ici représenté par le Soleil situé exactement dans l'axe TerreTerre
Minuscule fragment de matière flottant autour d'une étoile banale, la planète Terre est pourtant la plus massive des planètes telluriques.
Planète Terre
-LuneLune
Le couple Terre-Lune peut être considéré comme une planète double qui orbite autour du Soleil à partir d'un centre de gravité commun…
Lune
).

Messier 1 = NGC 1952 = Nébuleuse du Crabe
Rémanant de supernova Dimension : 6' × 4' Distance : 6 000 a.l.
Ascension droite : 05h 34m 31,92s (J2000) Déclinaison : +22° 00' 52,3" (J2000) Magnitude : 8,40 ± 0,10

Nébuleuſe au-deſſus de la corne méridionale du Taureau, ne contient aucune étoile ; c'eſt une lumière blancheâtre, alongée en forme de la lumière d'une bougie, découverte en obſervant la Comète de 1758. Voyez la Carte de cette Comète, Mém. Acad. année 1759, page 188 ; obſervée par le Docteur Bévis vers 1731. Elle eſt rapportée ſur l'Atlas céleſte anglois. (12 Septembre 1758)
[Extrait du Catalogue des Nébuleuses et des Amas d'Étoiles, paru dans Connaissance des temps - 1784]

NGC 1952
La Nébuleuse du Crabe - Crédit : ESO / Manu Mejias

Le premier élément du catalogue MessierCatalogue Messier
Premier catalogue d'objets non-stellaires dressé par Charles Messier, il contient 110 entrées.
Catalogue Messier
est l'un des plus rares, il s'agit d'un résidu de supernovaSupernova : effondrement d'une étoile massive en fin de vie : la production de réactions nucléaires dans le noyau devient insuffisante pour contenir la pression des couches supérieures.
Glossaire
. Déjà repéré en 1731 par l'astronome amateur anglais John Bevis (1695 - 1771), cet objet sera (re)découvert par Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817) le 12 septembre 1758 alors qu'il recherchait une comète dans cette région. Il le décrivit comme « une lumière blanchâtre ayant la forme d'une flamme de bougie ».
William Parsons (lord Oxmantown comte de Ross, 1800 - 1867), à l'aide de son réflecteur de 90 cm, sera le premier à y distinguer des filaments qui, par similitude avec les pinces et les pattes d'un crabe, lui valurent son nom commun : la nébuleuse du Crabe.
Les excellentes photographies obtenues depuis les années 1920 montrent que les filaments qui constituent cette nébuleuse sont en expansion avec une vitesse angulaire de 0,2" par an*. À la distance de la nébuleuse, l'expansion réelle se fait avec une vitesse de 6,5 millions de kilomètres par heure et s'est développée sur un espace de 10 années-lumièreAnnée-lumière : unité de distance correspondant à celle parcourue par la lumière (dans le vide) en un an.
Glossaire
. Même s'il est probable que cette expansion devait être encore plus rapide par le passé, l'événement à l'origine de ce mouvement devrait s'être produit au XIe siècle.
Des témoignages écrits d'une supernova ayant eu lieu le 4 juillet 1054 sont nombreux, notamment dans les annales chinoises où elle est mentionnée sous l'appellation d'« étoile hôte ». Pendant une vingtaine de jours l'astre fut aussi brillant que la planètePlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
VénusVénus
Ses élongations maximales approchent les 48° et, en raison de son albédo élevé, elle peut être observée plus facilement que Mercure…
Planète Vénus
, il disparut visuellement en avril 1056. L'occident de l'époque baignait dans le dogme d'un ciel immuable et aucune mention relative à cet événement n'a été retrouvée dans les divers relevés astronomiques occidentaux de cette époque.
En 1968, David Staelin et Edward Reifenstein, depuis l'observatoire de Green Bank (Virginie-Occidentale), mettent en évidence le caractère périodique d'un rayonnement radio issu de la nébuleuse. Il s'agit d'un des premiers pulsars découverts qui reste à ce jour le plus étudié.
Aisément repérable par cheminement depuis l'étoile ζ (zêta ou 123 Tauri), Messier 1 demande cependant de bonnes conditions d'observation pour parvenir à y discerner quelques détails ; pour distinguer les filaments, une ouverture de 400 mm s'avère nécessaire.

Pulsar de la nébuleuse du Crabe
Le pulsar du Crabe : superposition de données optiques (en rouge) et de rayons X - Crédit : NASA/HST/ASU/J. Hester et al.

* Crab Nebula (one decade time-lapse movie)https://cdn.astrobin.com/

Les coordonnées équatoriales J2000 et les magnitudes associées (V) sont extraites des bases de données HyperLeda (http://leda.univ-lyon1.fr) et du CDS Portal (http://cdsportal.u-strasbg.fr/). Les données relatives aux supernovæ proviennent de The Open Supernova Catalog (https://sne.space/).
Sauf mention contraire, les illustrations sont issues des différents catalogues du Digitized Sky Survey (http://archive.stsci.edu/cgi-bin/dss_form).