Carte

Girafe

Camelopardalis - Cam

Girafe
  • Observation optimale : Décembre-Mai
  • Zone de visibilité : 90° N / 3° S
  • Rang de taille : 18
  • Étoile la plus lumineuse : Bêta (β)

L'une des rares constellationsConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
de l'hémisphère Nord dont l'origine soit relativement tardive. Elle fut répertoriée en 1624 par Jacob Bartsch (dit Bartsius ou Bartschius, 1600 - 1633), l'assistant puis le gendre de Johannes KeplerJohannes Kepler
Né prématurément et d'une nature fragile, il a de plus failli être emporté par la variole à l'âge de quatre ans. Cette grave maladie lui laissera de terribles séquelles, notamment une très forte myopie…
Glossaire
(1571 - 1630), pour combler une région du ciel comprenant peu d'étoiles très brillantes entre la Grande OurseGrande Ourse
Constellation circumpolaire, elle fait partie des plus anciennes et les plus connues.
Grande Ourse
et CassiopéeCassiopée
Constellation circumpolaire très facile à repérer avec sa forme caractéristique en W ou M suivant la saison.
Cassiopée
. Seulement trois d'entre-elles sont désignées par des lettres grecques. Il est fort probable que ce découpage ait été préalablement créé par l'astronome et cartographe néerlandais Pierre van der Plancke (Petrus Plancius, 1552 - 1622).
Par la même occasion, Jacob Bartsch créa la Colombe de Noé, le Coq, le Jourdain, la LicorneLicorne
Constellation située sur l'équateur céleste visible en hiver, elle se détache difficilement sur la Voie Lactée.
Licorne
, le Losange (ou Rhombe), la Mouche et le Tigre. La Licorne suit OrionOrion
Constellation visible en hiver, facilement identifiable à partir des trois étoiles alignées formant la « Ceinture du géant ».
Orion
dans le ciel d'hiver. Quant à la MoucheMouche
Constellation nommée Apis dans l'Uranometria de Johann Bayer, puis Musca Apis par Edmund Halley pour se transformer en Musca (Mouche) par Nicolas de Lacaille en 1752.
Mouche
et la ColombeColombe
Petite constellation australe présentant peu d'intérêt.
Colombe
, après quelques vicissitudes, elles se sont retrouvées exilées dans l'hémisphère Sud, ainsi que le Losange qui fut rebaptisé le RéticuleRéticule
Imaginée par Jacob Bartsch, elle doit son nom à la disposition particulière de ses étoiles les plus lumineuses.
Réticule
. Les autres ont toutes été abandonnées.
C'est l'une des rares constellations dont la disposition des étoiles évoque assez fidèlement ce qu'elle est en droit de représenter.

Objets stellaires intéressants
Beta (β) Camelopardalis
Étoile Distance : 870 a.l. ± 50
Ascension droite : 05h 03m 25,08s (J2000) Déclinaison : +60° 26' 32,0" (J2000) Magnitude : A-B : 4,07 ± 0,08 et 8,6 ; C : 11,2

Bien qu'elle ne porte que la lettre Beta, suivant la convention mise en place par Johann BayerJohann Bayer
En 1603, il publie le premier atlas céleste imprimé : Uranometria. Il y introduit l'usage de nommer les étoiles les plus marquantes de chaque constellation par des lettres grecques en suivant l'ordre décroissant de leur éclat visuel…
Glossaire
en 1603, β Camelopardalis est l'étoile la plus lumineuse de la constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
. Il s'agit d'une étoile géante – en rotation très rapide : 11,7 km·s−1 – de classe spectraleClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
G1 I-II. Elle se rapproche de notre Système solaireSystème solaire : ensemble des corps célestes placés sous l'attraction gravitationnelle du Soleil, qui contient à lui seul 99,8 % de la masse du système.
Glossaire
à la vitesse de 190 km·s−1. D'un rayon de 58 R⊙, sa masse est de 6,5 M⊙. Avec une température de surface de 5 300 K, sa luminosité surclasse celle de notre SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
d'un facteur 1 500. Elle est également une source d'émission de rayons X.
Deux autres étoiles sont vues proches : la première, de magnitudeMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
 12 à 14,8", la seconde de magnitude 7 à 80,8". Il n'existe aucune certitude que ces deux étoiles soient gravitationnellement liées à β Camelopardalis.

11-12 Camelopardalis
Étoile multiple Séparation : 108,5" Distance : 710 a.l. ± 20 et 700 a.l. ± 10
Ascension droite : 05h 06m 08,49s (J2000) Déclinaison : +58° 58' 21,0" (J2000) Magnitude : 5,14 ± 0,10 et 6,14 ± 0,09
Étoiles 11 et 12 de la Girafe
Le couple 11 (bleutée) et 12 (orangée) de la Girafe - Crédit : David Ritter [CC BY-SA 4.0]

11 Camelopardalis est une étoile de classe spectraleClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
 B3 V à la luminosité très légèrement variable de 6,0 M⊙. Elle possède une vitesse de rotation de 95 km·s−1.
12 Camelopardalis est une binaire spectroscopiqueBinaire spectroscopique : étoiles trop rapprochées dont la binarité ne peut être révélée que par analyse spectrale.
Glossaire
, les étoiles ont des masses de 1,1 et 0,6 M⊙. Leur période orbitale est d'environ 80 jours. La composante visible est une étoile géante évoluée avec une classification stellaire de K0 III semblant tourner de manière synchrone avec sa période orbitale.

Sélection d'objets non-stellaires
IC 342 = Caldwell 5
Galaxie - SABcd Dimension : 22,0' × 22,0' Distance : < 11,4 × 106 a.l.
Ascension droite : 03h 46m 48,49s (J2000) Déclinaison : +68° 05' 45,8" (J2000) Magnitude : 8,4
IC 342
La galaxie IC 342

IC 342 est une galaxieGalaxie : les étoiles ne se distribuent pas au hasard dans l'Univers, elles tendent à se regrouper dans des objets comprenant chacun entre un à cent milliards de membres que l'on nomme galaxies.
Glossaire
de forme intermédiaire entre les spirales barrées et non barrées, elle est découverte par l'astronome amateur britannique William Frederick Denning (1848 - 1931) le 14 octobre 1892.
Située près du plan galactique, où l'obscurcissement provoqué par la poussière et les gaz rend son observation difficile, les estimations sur sa distance restent incertaines. Elle appartient au groupe Maffei 1, le groupe de galaxies le plus proche du groupe local auquel appartient la Voie lactéeVoie lactée : en l'absence de toute pollution lumineuse, la voûte céleste semble traversée par une bande blanchâtre. En raison de sa similitude avec une trainée laiteuse, elle fut appelée galaxias (voie de lait) par les Grecs.
Glossaire
. Son diamètre réel est estimé à 75 000 années-lumièreAnnée-lumière : unité de distance correspondant à celle parcourue par la lumière (dans le vide) en un an.
Glossaire
.

NGC 2403 = Caldwell 7
Galaxie spirale - SABc Dimension : 6,5' × 3,5' Distance : 8 × 106 a.l.
Ascension droite : 07h 36m 51,40s (J2000) Déclinaison : +65° 36' 08,8" (J2000) Magnitude : 8,43 ± 0,10
NGC 2403
La galaxie spirale NGC 2403

NGC 2403 est une galaxieGalaxie : les étoiles ne se distribuent pas au hasard dans l'Univers, elles tendent à se regrouper dans des objets comprenant chacun entre un à cent milliards de membres que l'on nomme galaxies.
Glossaire
spirale barrée découverte par William HerschelWilliam Herschel
Fils de musicien, William Friedrich Wilhelm Herschel reçoit également une formation musicale, apprenant le hautbois et le violon. En 1757, il quitte sa ville natale de Hanovre pour l'Angleterre où il s'installe comme copiste à Londres, puis enseigne la musique à Durham…
Glossaire
le 1er novembre 1788, elle appartient au groupe de M 81M 81
Galaxie découverte par Johann Bode le 31 décembre 1774, elle sera répertoriée par Charles Messier le 9 février 1781.
Messsier 81
. Malgré son éclat et ses dimensions, elle ne fut pas répertoriée par Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817).
Vue pratiquement de face, ce qui lui procure un faux air de M 33M 33
Galaxie spirale vue de face et très étendue : le grand axe vaut deux diamètres lunaires. Elle est assez difficile à observer car peu contrastée.
Messsier 33
, c'est la première galaxie, en dehors du groupe local, dans laquelle fut détectée une céphéideCéphéides : étoiles variables pulsantes dont les périodes de pulsation vont de 1 à 70 jours.
Glossaire
. Elle s'éloigne de notre Voie lactéeVoie lactée : en l'absence de toute pollution lumineuse, la voûte céleste semble traversée par une bande blanchâtre. En raison de sa similitude avec une trainée laiteuse, elle fut appelée galaxias (voie de lait) par les Grecs.
Glossaire
à la vitesse de 130 km·s−1.
Une supernovaSupernova : effondrement d'une étoile massive en fin de vie : la production de réactions nucléaires dans le noyau devient insuffisante pour contenir la pression des couches supérieures.
Glossaire
y a été observée le 24 octobre 1954 (SN 1954J) à la magnitudeMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
 16. Une autre est apparue en 2004 (SN 004dj), découverte par le japonais Koichi Itagaki le 31 juillet, alors qu'elle était de magnitude 11,2.

NGC 2655
Galaxie - S0- Dimension : 2,5' × 2' Distance : 60 × 106 a.l.
Ascension droite : 08h 55m 38,36s (J2000) Déclinaison : +78° 13' 24,6" (J2000) Magnitude : 10,39 ± 0,43
NGC 2655
La galaxie NGC 2655 - Crédit : ESA/Hubble & NASA

Cette galaxieGalaxie : les étoiles ne se distribuent pas au hasard dans l'Univers, elles tendent à se regrouper dans des objets comprenant chacun entre un à cent milliards de membres que l'on nomme galaxies.
Glossaire
elliptique est découverte par William HerschelWilliam Herschel
Fils de musicien, William Friedrich Wilhelm Herschel reçoit également une formation musicale, apprenant le hautbois et le violon. En 1757, il quitte sa ville natale de Hanovre pour l'Angleterre où il s'installe comme copiste à Londres, puis enseigne la musique à Durham…
Glossaire
le 26 septembre 1802. Son noyau est particulièrement actif, ce qui la classe dans la catégorie des galaxies de Seyfert. Elle se démarque surtout par des traînées de poussière asymétriques créées probablement lors d'une fusion récente avec une autre galaxie. Son diamètre réel approche les 200 000 a.l.
Une supernovaSupernova : effondrement d'une étoile massive en fin de vie (type II, Ib et Ic) ou explosion thermonucléaire d'une naine blanche à la suite d'une accrétion de matière arrachée à une étoile voisine (type Ia).
Glossaire
(SN 2011B) de type Ia y a été observée le 7 janvier 2011 (08h 55m 48,10s, +78° 13' 01,6") , elle a atteint la magnitudeMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
 12,39.

Les coordonnées équatoriales J2000 et les magnitudes associées (V) sont extraites des bases de données HyperLeda (http://leda.univ-lyon1.fr) et du CDS Portal (http://cdsportal.u-strasbg.fr/). Les données relatives aux supernovæ proviennent de The Open Supernova Catalog (https://sne.space/).
Sauf mention contraire, les illustrations sont issues des différents catalogues du Digitized Sky Survey (http://archive.stsci.edu/cgi-bin/dss_form).