Le catalogue Messier

Le catalogue le plus utilisé par les amateurs d'astronomie

L'inventaire dressé par l'astronome Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817), aujourd'hui officiellement arrêté à 110 entrées, est toujours l'un des catalogues d'objets célestes le plus utilisé par les amateurs d'astronomie. Il répertorie : 38 galaxies, 29 amas globulaires, 27 amas ouverts, 7 nébuleuses diffuses, 4 nébuleuses planétaires, 1 résidu de supernova et 4… ratons laveurs ?

Charles messier

Né en Lorraine en 1730, Charles Messier est mort à Paris en 1817. Assistant de Joseph Nicolas Delisle (1688 - 1768) à l'observatoire de la Marine Royale, il lui succède et y fera toute sa carrière d'astronome.
Excellent observateur, c'est lui qui redécouvrit le premier la comète de Halley de retour à son périhélie en 1759, alors que la communauté scientifique doutait encore des lois de la mécanique céleste et de la gravitation. Les instruments de la deuxième moitié du XVIIIe siècle étaient de bien piètre qualité comparés aux instruments modernes de mêmes ouvertures. Ceux qu'il a le plus utilisés personnellement étaient une lunette non-achromatique de seulement 50 mm d'ouverture et de plus d'un mètre de focale, ainsi qu'un télescope de 150 mm dont le miroir était taillé dans un bloc fait d'un alliage de cuivre et d'étain qui s'oxydait très vite et ne réfléchissait que le cinquième de la lumière reçue.
En raison de leur basse résolution et de leurs défauts optiques, la vision à travers ces lunettes laissait imaginer des objets « nébuleux » là où l'on sait maintenant qu'il y a autre chose que de gros flocons pouvant être pris pour des « astres chevelus », autrement dit des comètes. Comme il les retrouvait souvent dans son champ de vision, Messier décida d'en dresser une liste pour éviter toute confusion ultérieure.

Le Catalogue Messier

Le premier « Catalogue Messier » fut rendu public en 1771 et publié dans les Mémoires de l'Académie Royale des sciences. Il ne contenait alors que les positions de 45 objets accompagnés d'un court descriptif. Les années suivantes de nouvelles découvertes l'incitèrent à publier un catalogue de 58 objets qui vinrent s'ajouter à la précédente liste.
C'est son ami et collègue Pierre MéchainPierre Méchain
En raison de difficultés financières, son père ne peut lui assurer une formation d'architecte, profession qu'il voudrait le voir prendre comme lui. Ayant eu connaissance de son intérêt pour l'astronomie, Joseph de Lalande le prend comme élève…
Glossaire
(1744 - 1804), astronome à l'observatoire de Paris, qui l'aida pour cette compilation dont il a plus que largement contribué à l'enrichissement. Affecté à l'observatoire de la Marine à Versailles, Méchain fut également un rigoureux observateur : il découvrit pas moins de 12 comètes entre 1781 et 1802. Ses multiples pérégrinations célestes l'amenèrent à trouver de nombreuses nébuleuses faibles, surtout dans la région située entre la Chevelure de Bérénice et la Vierge. Il ne dressa pas de liste de ces découvertes mais en informa Messier.
Rédigée dès 1781, puis publiée dans la Connaissance des Temps de 1784 sous le titre : Catalogue des Nébuleuses et des amas d'étoiles observées à Paris, par M. Messier, à l'Observatoire de la Marine, hôtel de Clugni, rue des Mathurins., cette liste constitue le véritable Catalogue de Messier qui s'arrête donc au n° 103. On retrouve ainsi plus d'une vingtaine d'objets dont il faut attribuer la première observation à Méchain.

Hôtel de Cluny au XVIIIe siècle
L'Hôtel de Cluny (vers 1850) : l'observatoire utilisé par C. Messier était situé au sommet de la tour.

La Connaissance des temps (années 1679 à 1803)http://gallica.bnf.fr/


Les ajouts au catalogue

Sept autres objets furent incorporés plus récemments au catalogue original de Messier. M 104M 104
Galaxie observée par Pierre Méchain le 11 mai 1781. Sa morphologie la situe entre les galaxies spirales et les galaxies elliptiques.
Messsier 104
fut rajouté, en 1921, par Camille FlammarionCamille Flammarion
Attiré par l'astronomie dès son plus jeune âge, il a collectionné tous les annuaires du Bureau des longitudes depuis 1796 ! Lors d'une maladie, impressionné par son accumulation d'ouvrages sur le sujet, le médecin qui le soigne en parle à Urbain Leverrier…
Glossaire
(1842 - 1925) suite à la découverte d'une note relative à son observation. Les trois objets suivants : M 105M 105
Galaxie découverte par Pierre Méchain le 24 mars 1781. C'est une galaxie elliptique du même ordre de masse que la Voie Lactée.
Messsier 105
, M 106M 106
Cette galaxie spirale barrée, source d'émission radio, fut observée par Pierre Méchain en juillet 1781.
Messsier 106
et M 107M 107
Amas globulaire découvert par Pierre Méchain en avril 1782. Il s'agit vraisemblablement du dernier objet en date repéré par l'astronome.
Messsier 107
, furent rapportés par l'astronome américano-canadienne Helen Battles Sawyer Hogg (1905 - 1993). Owen Gingerich (1930 -), chercheur et historien des sciences, rallongea la liste avec les objets M 108M 108
Vraisemblablement découverte en même temps que M 97 et M 109 par Pierre Méchain. C'est une galaxie spirale vue presque par la tranche.
Messsier 108
et M 109M 109
Cette galaxie spirale barrée est une nouvelle découverte de Pierre Méchain, la même nuit que M 97 et M 108 (12 mars 1781).
Messsier 109
. Kenneth Glyn Jones (1915 - 1995) compléta l'inventaire en 1968, avec M 110M 110
L'une des deux galaxies satellites de M 31, découverte par Guillaume le Gentil de La Galaisière en même temps que Messier 32.
Messsier 110
, en démontrant l'observation de cet objet par messier en 1773 et figurant sur son dessin de M 31 publié en 1807.

L'après Messier

Après celle de Messier d'autres nomenclatures d'objets non-stellaires furent établies.
Vingt ans d'observations scrupuleuses de la voûte céleste, avec des instruments de plus en plus puissants, par William HerschelWilliam Herschel
Fils de musicien, William Friedrich Wilhelm Herschel reçoit également une formation musicale, apprenant le hautbois et le violon. En 1757, il quitte sa ville natale de Hanovre pour l'angleterre où il s'installe comme copiste à Londres, puis enseigne la musique à Durham…
Glossaire
(1738 - 1822) et son fils sir John HerschelJohn Herschel
Observant à l'observatoire de Slough (banlieue de Londres) de 1826 à 1832, puis depuis le Cap (Afrique du Sud) entre 1833 et 1837, il publiera ses travaux sous la forme d'un Grand catalogue de 10 200 étoiles doubles et multiples…
Glossaire
(1738 - 1822), aboutirent à la publication du General Catalogue, qui porta à plus de 5 000 le nombre d'objets faibles et bien plus difficiles à observer. Ce n'est d'ailleurs qu'en 1845, qu'un noble irlandais, William Parsons (lord Oxmantown comte de Ross, 1800 - 1867), parvint à résoudre en étoiles la galaxie spirale des Chiens de chasse (M 51).
Son collaborateur, Johann Louis Emil Dreyer (1852 - 1926), publia en 1888 le New General Catalogue (NGC). Devenu directeur de l'observatoire d'Armagh en Irlande, il répertoria 7 840 objets auxquels se sont ajoutés depuis 5 836 autres en deux intégrations successives appelées Index Catalogue (IC).

Les quatre « erreurs » de Messier

Découverte et identifiée par Johannes Hewel – ou Johan Hœvelke, dit Hévélius (1611 - 1687), M 40M 40
Suivant le rapport de la découverte d'une nébuleuse par J. Hewel, Charles Messier ne retrouva qu'un couple d'étoiles en explorant la zone mentionnée.
Messsier 40
avait déjà été classée comme nébuleuse. À l'époque on qualifiait de « nébuleuse » tout objet d'aspect flou que l'on découvrait parmi les étoiles. En fait, il s'agit d'une étoile double : Winnecke 4, près de δ UMa.
M 73M 73
C. Messier repère l'astérisme le 4 octobre 1780 en cherchant la position de M 72 nouvellement découvert par P. Méchain.
Messsier 73
s'est avéré n'être qu'un simple groupe de 4 étoiles, formant un Y.
Pour M 91M 91
Cette galaxie spirale barrée est probablement découverte par Charles Messier le 18 mars 1781, mais la position qu'il rapporta est erronée.
Messsier 91
, aucun objet particulier n'a été retrouvé aux environs de la zone mentionnée dans ses notes. Il est possible qu'il s'agisse d'une méprise et que l'objet concerné soit NGC 4548.
Enfin, les relevés laissés par Messier sur M 102M 102
Galaxie classée comme lenticulaire, également appelée galaxie du Fuseau, mais il pourrait s'agir d'une galaxie spirale vue exactement par la tranche.
Messsier 102
partagent les avis des spécialistes en deux thèses.
En hommage au « furet des comètes » une constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
porta un temps son nom. L'astérismeAstérisme : groupe d'étoiles dont la disposition vue depuis la Terre permet un rattachement à une figure ou un objet usuel. Le concept est analogue à celui de constellation.
Glossaire
était constitué par quelques étoiles insignifiantes situées près du pôle céleste Nord, entre les constellations de la Girafe, Cassiopée et Céphée.

Les 14 comètes découvertes par Charles Messier
date désignation date désignation
26/01/1760 1759 II Messier 01/04/1771 1771 Messier
28/09/1763 1763 Messier 12/10/1773 1773 Messier
03/01/1764 1764 Messier 27/10/1780 1780 I Messier
08/03/1766 1766 I Messier 07/01/1785 1785 I Messier
08/08/1769 1769 Messier 25/11/1788 1788 I Messier
14/06/1770 1770 I Lexell * 27/09/1793 1793 I Messier
10/01/1771 1770 II Grande comète 12/04/1798 1798 I Messier

* Anders Johan Lexell (1740 - 1784) en a calculé l'orbite mais en attribue la paternité à Messier.