Glossaire

Définitions de termes en C

C
Une des classes spectralesClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
de la classification définie par l'observatoire de Harvard.
Elle regroupe les étoiles carbonnées (les anciennes classes R et N).
Cadran solaire
Le Solarium est une ancienne constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
de l'hémisphère sud, placée entre la Dorade et l'Hydre mâle. Son origine reste inconnue.
CaméléonCaméléon
Constellation australe due à l'imagination du navigateur hollandais Pieter Dirksz de Keyser.
Ciel austral : Caméléon
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
australe rendant hommage à un animal nouvellement connu des européens. Elle sera « officialisée » par Johann BayerJohann Bayer
En 1603, il publie le premier atlas céleste imprimé : Uranometria. Il y introduit l'usage de nommer les étoiles les plus marquantes de chaque constellation par des lettres grecques en suivant l'ordre décroissant de leur éclat visuel…
Glossaire
(1572 - 1625) qui l'intègre à son Uranometria en 1603. Elle n'offre cependant aucun objet particulièrement intéressant. Son sigle est Cha (Chamæleon).
Constellation du Caméléon
Constellation du Caméléon - CC BY 3.0
CancerCancer
Constellation boréale visible en hiver, elle contient l'amas ouvert Præsepe.
Cancer
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
située sur la bande du zodiaqueZodiaque : bande de 17°, centrée sur l'écliptique, dont les planètes ne s'écartent jamais. Les constellations traversées par cette zone ayant presque toutes des noms d'animaux, elle est appelée le zodiaque qui vient du mot grec zodiakos signifiant « ayant rapport aux animaux ».
Glossaire
, entre les Gémeaux et le Lion. Il y a vingt siècles, le Soleil y atteignait son solsticeSolstice : en raison de l'inclinaison de l'axe de rotation terrestre sur le plan de son orbite, ce dernier n'est pas confondu avec l'équateur. Le Soleil passe ainsi par une déclinaison maximale deux fois par année. À ces points extrêmes, la position du Soleil semble s'arrêter pour reprendre une marche à rebours (sol stat, qui a donné solstitia).
Glossaire
d'été. Puis, après son passage dans cette constellation, il se remettait à décliner. C'est peut-être pour cette raison que les Chaldéens, par analogie avec la démarche à reculons du crabe, lui donnèrent son nom latin : Cancer. Son sigle est Cnc (Cancer).
Constellation du Cancer
Constellation du Cancer - CC BY 3.0
Cannon Annie Jump
(Dover, 1863 - Cambridge, Massachusetts, 1941)
Annie CANNON Malgré un handicap important, elle était presque sourde et ne parvenait à entendre qu'à l'aide d'un appareillage auditif, elle fut l'une des premières femmes à mener des études spécialisées en mathématiques, physique et astronomie.
En 1896, elle obtient un poste à Harvard où elle se servira de l'apport de la photographie pour une étude des étoiles variables et en établira un nouveau système de classification spectraleClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
encore utilisé de nos jours (la fameuse série : O B A F G K M).
En 1901, elle publie le classement de 1 122 étoiles qui servira de base au catalogue de Henry Draper (1837 - 1882). Elle en classifiera plus de 375 000 durant sa carrière !
Un cratère lunaire de 57 km de diamètre, en bordure nord-est de notre satellite (19,9 °N - 81,4 °E), lui est attribué, ainsi que l'astéroïdeAstéroïde : petit corps orbitant autour du Soleil et dont la plus grande dimension ne dépasse pas quelques centaines de kilomètres.
Glossaire
n° 1120.
CapricorneCapricorne
Constellation boréale visible en été, son étoile α est une « fausse double ».
Capricorne
Comme le Cancer, elle est l'une des 13 constellationsConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
du zodiaqueZodiaque : bande de 17°, centrée sur l'écliptique, dont les planètes ne s'écartent jamais. Les constellations traversées par cette zone ayant presque toutes des noms d'animaux, elle est appelée le zodiaque qui vient du mot grec zodiakos signifiant « ayant rapport aux animaux ».
Glossaire
. Il y a deux mille ans, c'est dans cette constellation que le Soleil atteignait le solsticeSolstice : en raison de l'inclinaison de l'axe de rotation terrestre sur le plan de son orbite, ce dernier n'est pas confondu avec l'équateur. Le Soleil passe ainsi par une déclinaison maximale deux fois par année. À ces points extrêmes, la position du Soleil semble s'arrêter pour reprendre une marche à rebours (sol stat, qui a donné solstitia).
Glossaire
d'hiver, ce point se trouve aujourd'hui dans le Sagittaire. Elle conserve cependant une valeur historique : elle donne toujours son nom au tropique austral. Son sigle est Cap (Capricornus).
Constellation du Capricorne
Constellation du Capricorne - CC BY 3.0
CarèneCarène
La Carène est devenue une constellation à part entière suite au découpage de la zone du Navire Argo.
Carène
La Carène est devenue une constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
à part entière suite au découpage fait par Benjamin Apthorp Gould (1824 - 1896) en 1877, et officialisée par l'UAI (Union Astronomique Internationale) en 1930, de l'ancienne constellation du Navire Argo. Elle abrite notamment l'étoile éruptive η (êta) Carina. Son sigle est Car (Carina).
Constellation de la Carène
Constellation de la Carène - CC BY 3.0
Cassini Giovanni Domenico, dit Cassini 1er
(Perinaldo, 1625 - Paris, 1712)
Né à Perinaldo (Italie), alors situé dans le Comté de Nice, Giovanni Domenico Cassini est naturalisé français en 1673 et devient connu sous le nom de Jean-Dominique Cassini... ou Cassini Ier. De 1648 à son arrivée en France, en 1669, il enseigne les mathématiques et l'astronomie à l'université de Bologne.
En 1665, il détermine la période de rotation de JupiterJupiter
La plus grosse planète du Système solaire est aussi celle qui tourne le plus rapidement sur elle-même : un peu moins de dix heures au niveau de l'équateur…
Planète Jupiter
— il en remarque également l'aplatissement — ainsi que celle de MarsMars
Mars possède une atmosphère très ténue qui permet une observation de son sol que seules de violentes tempêtes de poussière parviennent à voiler…
Planète Mars
l'année d'après ; il ne démontrera la rotation différentielle de l'atmosphère jovienne que vers 1690.
Devenu membre de l'Académie des sciences, il est nommé premier directeur de l'observatoire de Paris, en 1671, à la demande de Louis XIV. La même année, il découvre Japet, un satellite de SaturneSaturne
Jupiter, Uranus et Neptune possédent également un système d'anneaux, seul celui de Saturne peut être visible depuis la Terre…
Planète Saturne
. Il en dénichera trois autres : Rhea l'année suivante, Thetys et Dione en 1684. En 1675, il repère la division des anneaux de Saturne qui portera son nom en son honneur.
En 1672, lors d'une oppositionOpposition : un corps céleste est dit en opposition lorsqu'il se trouve diamétralement opposé au Soleil, observé depuis la Terre. De fait, c'est la période la plus favorable à son observation.
Glossaire
de Mars, en collaboration avec l'astronome-navigateur Jean Richer en mission à Cayenne, il détermine la parallaxeParallaxe : regardée alternativement avec chaque œil, la projection du pouce, main tendue, ne se retrouve pas devant les mêmes éléments d'un décor : c'est l'effet de parallaxe. La parallaxe est d'autant plus petite que l'objet visé est lointain.
Glossaire
de la planète et en déduit la première mesure fiable de la distance Terre-Soleil : 22 326 rayons terrestres, soit 20 fois plus que la valeur communément admise jusqu'alors.
Son fils Jacques Cassini (1677 - 1756, dit Cassini II), rapporte dans Elements of Astronomy, un ouvrage paru en 1740, qu'il aurait très probablement observé l'amas ouvert M 50 avant 1710, date à laquelle son père aurait perdu la vue.
Un cratère lunaire de 57 km de diamètre porte son nom (40,2 °N - 4,6 °E), ainsi qu'un cratère martien. En sa mémoire, la sonde Cassini-Huygens partage son appellation avec celui qui en découvrit les anneaux. L'astéroïdeAstéroïde : petit corps orbitant autour du Soleil et dont la plus grande dimension ne dépasse pas quelques centaines de kilomètres.
Glossaire
n° 24101 lui est également dédié.
Son fils Jacques, qui prendra la direction de l'observatoire de Paris à sa suite, se voit honoré par l'astéroïde n° 24102.
CassiopéeCassiopée
Constellation circumpolaire très facile à repérer avec sa forme caractéristique en W ou M suivant la saison.
Cassiopée
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
circumpolaireCircumpolaire : une constellation est dite circumpolaire lorsque, pour une latitude donnée, elle reste toute l'année au-dessus de l'horizon.
Glossaire
déjà répertoriée par PtoléméePtolemaeus Claudius, dit Ptolémée
Très peu d'éléments de la vie de Ptolémée sont connus, mais on le sait auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, dont deux feront autorité jusqu'à la Renaissance (l'Almageste et Géographie)…
Glossaire
(vers 90 - vers 168) dans son Almageste. Elle est la représentation de la reine Cassiopée qui, dans la mythologie grecque, était l'épouse de Céphée et la mère d'Andromède. Ces trois constellations se retrouvent également proches sur la voûte céleste.
Située en pleine Voie lactéeVoie lactée : en l'absence de toute pollution lumineuse, la voûte céleste semble traversée par une bande blanchâtre. En raison de sa similitude avec une trainée laiteuse, elle fut appelée galaxias (voie de lait) par les grecs.
Glossaire
, elle est très riche en étoiles et contient notamment les objets M 52 et M 103. Son sigle est Cas (Cassiopeia).
Constellation de Cassiopée
Constellation de Cassiopée - CC BY 3.0
Ceinture de Kuiper
La majorité des astéroïdesAstéroïde : petit corps orbitant autour du Soleil et dont la plus grande dimension ne dépasse pas quelques centaines de kilomètres.
Glossaire
de la ceinture de Kuiper (ou transneptuniens) orbitent entre 25 et 60 unités astronomiquesUnité astronomique : unité de distance basée sur le demi-grand axe de l'orbite terrestre et définie par l'UAI en 1976.
Glossaire
du Soleil et sont le plus souvent en résonance orbitale avec la planètePlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
NeptuneNeptune
Bien que repérable aux jumelles, la huitième planète du Système solaire reste décevante au télescope, même à forte puissance…
Planète Neptune
. Ces objets sont réputés être les derniers résidus de la formation du Système solaireSystème solaire : ensemble des corps célestes placés sous l'attraction gravitationnelle du Soleil, qui contient à lui seul 99,8 % de la masse du système.
Glossaire
et sont la source de certaines comètes. On soupçonne l'existence de 100 000 objets d'une taille supérieure à 100 km. Les plus gros dépassent les 1 000 km de diamètre et la plupart possèdent au moins un satellite. >
Quelques objets de la ceinture de Kuiper
nom diamètre (km) périhélie(ua) aphélie (ua) rév. sidérale inclinaison découverte satellite(s)
Altjira 340 41,91 47,07 297 ans 5,2° 2001 (S/2007)
Borasisi 160 40,01 47,51 289 ans 0,5° 1999 Pabu
Ceto 170 17,76 184,20 1 015 ans 22,3° 2003 Phorcys
Chaos 420 41,02 51,10 313 ans 12,0° 1998 - -
Deucalion - - 41,3446,59 292 ans 0,4° 1999 - -
Éris 2 326 38,25 97,66 557 ans 43,9° 2003 Dysnomie
Hauméa 1960 × 1520 × 995 35,02 51,54 285 ans 28,2° 2003 Hi´iaka, Namaka
Huya 389 28,53 50,06 246 ans 15,5° 2000 (1 ?)
Ixion 760 29,74 49,00 247 ans 19,7° 2001 - -
Logos 80 39,73 50,83 305 ans 2,9° 1997 Zoé
Makemake 1 300 à 1 900 38,27 52,84 307 ans 29,0° 2005 - -
Orcus 950 30,65 48,09 247 ans 20,5° 2004 Vanth
Pluton 2 306 29,65 49,31 248 ans 17,1° 1930 Charon, Nyx, Kerberos, Hydra, Styx
Quaoar 1 260 41,61 44,75 284 ans 8,0° 2002 Weywot
Rhadamande - - 32,89 45,06 243 ans 12,7° 1999 - -
Salacia 595 37,69 46,46 273 ans 23,9° 2004 Actaea
Sedna 1 600 76,23 1 010,17 12 660 ans 11,9° 2003 - -
Sila-Nunam 240 43,44 44,29 290 ans 2,2° 1997 (S/2005)
Teharonhiawako 175 42,80 45,19 292 ans 2,6° 2001 Sawiskera
Typhon 135 17,52 57,77 - - 2,4° 2002 Echidna
Varuna 1 040 40,88 45,49 284 ans 17,1° 2000 - -
Voir aussi : Gerard Pieter KuiperGerard Pieter Kuiper
Ses contributions dans le domaine de l'astronomie sont multiples, mais le nom de Kuiper reste surtout rattaché à la « Ceinture de Kuiper », vaste disque d'objets orbitants sur le plan de l'écliptique au-delà de l'orbite de Neptune…
Glossaire
Ceintures de van Allen
La Terre se comporte comme un puissant aimant. Le champ magnétique terrestre est généré par le noyau externe, fluide et riche en fer, fonctionnant comme une dynamo en raison de sa rotation. En « canalisant » les particules chargées du vent solaire, cette magnétosphère a un rôle primordial dans la préservation de la vie sur notre planète. Elle s'étend sur une dizaine de rayons terrestres en direction du Soleil et s'allonge longuement dans la direction opposée.
La magnétopause constitue la limite de la magnétosphère. La plupart des particules qui parviennent à en franchir la frontière sont capturées par les ceintures de van Allen, les autres sont déviées vers les cornets polaires où elles produisent des aurores. Les ceintures de van Allen se présentent sous la forme d'un double anneau, la partie interne piège les protons et la partie externe les électrons.
Elles doivent leur nom au physicien et astronome américain James van AllenJames van Allen
À l'aide de simples compteurs Geiger embarqués à bord du satellite Explorer-1, il met en évidence la présence d'une ceinture de radiation de très haute énergie dans la magnétosphère terrestre…
Glossaire
(1914 - 2006) qui découvrit leurs existences à partir de relevés faits par un compteur Geiger embarqué sur la sonde Explorer-1 (1958).
Ceintures de van Allen
Le champ magnétique terrestre : les ceintures de van Allen (vue en coupe, non à l'échelle)
CentaureCentaure
Ancienne constellation déjà répertoriée par Ptolémée dans son Almageste et très riche en objets non-stellaires.
Centaure
Être mythologique mi-homme, mi-cheval, le Centaure est une constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
également répertoriée par PtoléméePtolemaeus Claudius, dit Ptolémée
Très peu d'éléments de la vie de Ptolémée sont connus, mais on le sait auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, dont deux feront autorité jusqu'à la Renaissance (l'Almageste et Géographie)…
Glossaire
(vers 90 - vers 168) dans son Almageste. La région du Centaure est très riche en objets non-stellaires, elle contient également l'étoile la plus proche de notre Soleil : Proxima. Son sigle est Cen (Centaurus).
Constellation du Centaure
Constellation du Centaure - CC BY 3.0
CéphéeCéphée
21 000 et 19 000 ans avant notre ère, les étoiles γ et α de cette constellation tenaient le rôle d'étoile polaire.
Céphée
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
circumpolaireCircumpolaire : une constellation est dite circumpolaire lorsque, pour une latitude donnée, elle reste toute l'année au-dessus de l'horizon.
Glossaire
entre Cassiopée et le Cygne. En raison de la précessionPrécession : l'axe de rotation terrestre décrit un cône autour de la direction perpendiculaire au plan de son orbite. Ainsi chaque prolongement de l'axe des pôles dessine un cercle en 25 800 ans par rapport aux étoiles.
Glossaire
des équinoxesÉquinoxe : l'inclinaison de l'axe de rotation terrestre est incliné sur le plan de son orbite, ce dernier n'est pas confondu avec l'équateur. Les équinoxes sont les deux dates de transition du Soleil d'un hémisphère à l'autre, la durée du jour et de la nuit sont alors égales.
Glossaire
, le rôle d'étoile polaire revenait aux étoiles γ (gamma) et α (alpha) de cette constellation, il y a 21 000 et 19 000 ans avant notre ère. Son sigle est Cep (Cepheus).
Constellation de Céphée
Constellation de Céphée - CC BY 3.0
Céphéides
Étoiles variables pulsantes dont le prototype est l'étoile Delta de la constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
de Céphée : Delta CepheiDelta Cephei
Étoile type des céphéides, c'est également une étoile double. Ses variations lumineuses furent mises en évidence par John Goodricke.
Delta Cephei
. Les périodes de pulsation vont de 1 à 70 jours, avec une amplitude de variation de luminosité comprise entre  0,4 et 1,7 magnitudesMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
.
En étudiant ce type d'étoiles dans le Petit nuage de Magellan (NGC 292), Henrietta LeavittHenrietta Leavitt
En étudiant les étoiles variables des Nuages de Magellan, elle remarqua une étonnante relation entre la magnitude absolue et la période de variation de luminosité des céphéides…
Glossaire
(1868 - 1921) mit en évidence une relation entre la période de pulsation et la luminosité intrinsèque de ces étoiles. Cette relation entre période et luminosité permet d'évaluer la distance de certains groupes stellaires.
Cercle horizontal
Voir : Almicantarat
CérèsCérès
Découverte fortuitement par Giuseppe Piazzi, la planète porte le nom de la déesse romaine des moissons et protectrice de la Sicile…
Planète naine Cérès
Corps céleste découvert le 1er janvier 1801 par Giuseppe PiazziGiuseppe Piazzi
Fondateur de l'observatoire de Palerme en 1791, il est le premier découvreur d'un « astéroïde » : Cérès, aujourd'hui répertorié comme planète naine…
Glossaire
(1746 - 1826). Initialement répertorié comme astéroïdeAstéroïde : petit corps orbitant autour du Soleil et dont la plus grande dimension ne dépasse pas quelques centaines de kilomètres.
Glossaire
, CérèsCérès
Découverte fortuitement par Giuseppe Piazzi, la planète porte le nom de la déesse romaine des moissons et protectrice de la Sicile…
Planète naine Cérès
est aujourd'hui classé comme planètePlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
naine.
Chameau
Une tentative de transformation, par l'astronome américain Richard Anthony Proctor (1837 - 1888) au XIXe siècle, du nom de la constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
Camelopardalis (Girafe) en Camelus (Chameau).
Chat (constellation du)
Parce qu'il aimait les chats, l'astronome français Joseph Lefrançois de LalandeJoseph Lefrançois de Lalande
Directeur de l'observatoire de Paris, entre 1795 et 1800, il s'illustra également comme vulgarisateur en organisant des séances d'observations publiques…
Glossaire
(1732 - 1807) voulut placer la silhouette de son animal préféré au firmament. Décrite dans sa Bibliographie astronomique publiée en 1805, elle ne sera reprise que par l'abbé italien Angelo Secchi (1818 - 1878) sous le nom de Gatto (le Chat, en italien) sur son planisphère de 1878.
Chêne de Charles
Edmund HalleyEdmund Halley
En 1682, appliquant les lois de la gravitation de Newton aux comètes, il en découvre la périodicité et prévoit le retour pour 1758 de celle observée en 1531, 1607 et 1682. Cette comète, qui porte aujourd'hui son nom (1P/Halley), a une période d'environ 76 ans.…
Glossaire
(1656 - 1742) baptisa l'étoile la plus brillante de la constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
des Chiens de Chasse « Cor Caroli » (Cœur de Charles), reconnaissant ainsi la hardiesse de son roi : Charles II d'Angleterre.
Son esprit perfide lui fit également nommer « Robur Carolinum » (Chêne de Charles, en latin) une région centrée sur l'actuelle η (êta) Carène. Ce chêne était devenu célèbre outre-Manche après que le vaillant roi y trouva refuge lors d'un repli « tactique » qui suivit la défaite de Worcester le 3 septembre 1651.
Chevelure de BéréniceChevelure de Bérénice
Constellation boréale visible au printemps, elle contient deux amas de galaxies.
Chevelure de Bérénice
La constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
de la Chevelure de Bérénice doit son intérêt aux innombrables galaxiesGalaxie : les étoiles ne se distribuent pas au hasard dans l'Univers, elles tendent à se regrouper dans des objets comprenant chacun entre un à cent milliards de membres que l'on nomme galaxies.
Glossaire
qui s'y trouvent. Les gros télescopes ont dénombré plus de 30 000 membres dans « l'amas Coma ». Elle contient également l'amas Melotte 111, l'un des amas ouvertsAmas ouvert : composés d'étoiles relativement jeunes, toutes nées de la même nébuleuse, ils se situent principalement dans le plan du disque des galaxies spirales.
Glossaire
les plus proches. Son sigle est Com (Coma Berenices).
Constellation de la Chevelure de Bérénice
Constellation de la Chevelure de Bérénice - CC BY 3.0
Chiens de chasseChiens de chasse
Placée au sud du « manche de la casserole » de la Grande Ourse, elle abrite la « galaxie du Tourbillon ».
Chiens de chasse
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
à repérer au sud du « manche de la casserole » de la Grande Ourse. Elle abrite la superbe « galaxie du Tourbillon ». Son sigle est CVn (Canes Venatici).
Constellation des Chiens de chasse
Constellation des Chiens de chasse - CC BY 3.0
Circumpolaire (constellation)
Une constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
est dite circumpolaire lorsque, pour une latitude donnée, elle reste toute l'année au-dessus de l'horizon. D'une façon plus générale, le terme s'emploie pour désigner une étoile dont la distance à un pôle est inférieure à 10°.
Classification spectrale
Classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle. Basée sur un échantillon de 300 000 étoiles, elle se réfère à la présence (ou l'absence) de raies caractéristiques et de leur intensité. Le type spectral d'une étoile est l'un des paramètres pris en compte sur le diagramme de Hertzsprung-RusselDiagramme H-R
Représentation graphique de la magnitude absolue des étoiles portée en ordonnée en fonction de leur type spectral porté en abscisse…
Glossaire
.
Initialement classées de A à P par ordre alphabétique, une meilleure compréhension des propriétés communes à permis de les regrouper en 10 classes, allant des plus chaudes aux plus froides : W, O, B, A, F, G, K, M, C et S. La transition entre ces différents groupes étant continue, leurs principales caractéristiques sont :
  • W : très nombreuses raies en émission (étoiles Wolf-Rayet) ;
  • O : présence des raies de l'hélium ionisé ;
  • B : présence des raies de l'hélium neutre ;
  • A : prépondérance des raies de l'hydrogène ;
  • F : présence des raies de métaux* ionisés ;
  • G : présence des raies de métaux* ;
  • K : prépondérance des raies de métaux* ;
  • M : présence des raies de l'oxyde de titane ;
  • C : raies en absorption de molécules carbonées (étoiles carbonées, anciennement classées R et N) ;
  • S : présence des raies de l'oxyde de zirconium.

* En astrophysique, sont considérés comme métaux tous les éléments plus lourds que l'hydrogène et l'hélium. Pour une classification plus précise, chacune de ces 10 classes est également subdivisée en 10 sous-classes, notées de 0 à 9. Pour que cette classification soit complète, il faut également tenir compte de la classe de luminosité de l'étoile. Elle est notée de I (supergéante) à VII (naine blanche). Suivant cette convention, notre étoile Soleil se trouve classée en G2V.

CocherCocher
Bien que partiellement circumpolaire, la constellation est pleinement observable en hiver.
Cocher
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
partiellement circumpolaireCircumpolaire : une constellation est dite circumpolaire lorsque, pour une latitude donnée, elle reste toute l'année au-dessus de l'horizon.
Glossaire
et située dans le plan de la Voie lactéeVoie lactée : en l'absence de toute pollution lumineuse, la voûte céleste semble traversée par une bande blanchâtre. En raison de sa similitude avec une trainée laiteuse, elle fut appelée galaxias (voie de lait) par les grecs.
Glossaire
. Son sigle est Aur (Auriga).
Constellation du Cocher
Constellation du Cocher - CC BY 3.0
ColombeColombe
Petite constellation australe assez insignifiante.
Colombe
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
australe. Son sigle est Col (Colomba).
Constellation de la Colombe
Constellation de la Colombe - CC BY 3.0
CompasCompas
Petite constellation australe assez insignifiante.
Compas
Une autre petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
australe. Son sigle est Cir (Circinus).
Constellation du Compas
Constellation du Compas - CC BY 3.0
Conjonction
Un corps céleste est en conjonction lorsqu'il est vu en direction du Soleil, observé depuis la Terre. Le terme s'emploie également pour désigner le rapprochement de deux (ou plusieurs) astres sur un même axe de visée (conjonction géocentrique).
Pour une planète interne (Mercure ou Vénus), une conjonction est dite inférieure lorsqu'elle se trouve intercalée entre le Soleil et la Terre (supérieure à l'opposé). Les périodes proches d'une conjonction solaire sont toujours défavorables à l'observation d'une planète.
Voir aussi : Opposition
Conjonctions des planètes internes et supérieures
Les conjonctions des planètes internes et supérieures
Constante de Hubble
Notée H0, elle décrit la récession des galaxies les unes par rapport aux autres selon une vitesse proportionnelle à la distance qui les sépare. Elle permet ainsi l'estimation de l'éloignement des galaxies et conditionne l'âge de l'Univers.
Principe énoncé, en 1929, par l'astronome américain Edwin HubbleEdwin Hubble
La jeunesse de Edwin Hubble se partage entre plusieurs passions : les mathématiques, l'astronomie et… la boxe où il concourt dans la catégorie « poids-lourds ». En 1910, il change de cap et rejoint Oxford pour étudier la jurisprudence…
Glossaire
(1889 - 1953) d'après l'analyse du décalage spectral (effet DopplerEffet Doppler : modification de la longueur d'une onde électromagnétique en raison du changement apparent de la périodicité reçue par un observateur fixe par rapport à une source émettrice mobile (ou inversement).
Glossaire
ou redshift) des galaxies. C'est le télescope spatial (baptisé Hubble) qui a permis de déterminer avec une plus grande précision ce taux d'expansion de l'Univers. La valeur la plus communément admise aujourd'hui se situe entre 70 et 80 km·s−1 et par mégaparsecParsec : distance depuis laquelle le demi-grand axe de l'orbite terrestre devrait être vu sous un angle de 1", elle vaut 3,26 années de lumière.
Glossaire
.
Cette « constante » cosmologique varie en fonction du temps, elle donne le taux d'expansion de l'univers à un instant donné.
Constellation
Ensemble d'étoiles regroupées en astérismesAstérisme : groupe d'étoiles dont la disposition vue depuis la Terre permet un rattachement à une figure ou un objet usuel.
Glossaire
.
Les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Les constellations n'ont pas existé de tout temps telles que nous les connaissons aujourd'hui. Quelques unes seulement nous sont parvenues sous leurs formes originelles.
Il faudra également attendre l'année 1265 pour que naisse le mot constellatio (terme signifiant « regroupement d'étoiles »), avant elles étaient désignées sous l'appellation de astra ou de sidera.
Ce sont probablement les Chaldéens qui, environ 500 ans avant notre ère, ont commencé à découper le ciel en astérismes.
Ces regroupements d'étoiles se faisaient en « voies », zones arbitrairement délimitées en fonction de leur « hauteur » sur la voûte céleste. Elles portaient les noms de leurs différents dieux du ciel, de la terre et des eaux. Le Planisphère de Geruvigus, la première carte du ciel connue (dessinée vers −200), fait mention de 45 figures visiblement inspirées du découpage des Chaldéens.
Hipparque (190 - 125 av. J.-C.), entre −162 et −127, inaugure la liste des grands « cata­logueurs » en répertoriant 1 080 étoiles toujours réparties sur 45 constellations. Le plus pointilleux d'entre eux, l'astronome danois Tycho BraheTyge Ottesen Brah
Fils d'une noble famille danoise et plus connu sous son nom latinisé en Tycho Brahe, il fut le dernier et le plus grand des astronomes observant uniquement à l'œil nu. Génial observateur, il ne se permettra guère d'avancer la moindre théorie novatrice…
Glossaire
(1546 - 1601), n'en rajoutera qu'une seule dans son catalogue qui ne sera édité qu'en 1602, un an après sa mort.
L'année suivante paraît le célèbre Uranometria, l'œuvre de Johann BayerJohann Bayer
En 1603, il publie le premier atlas céleste imprimé : Uranometria. Il y introduit l'usage de nommer les étoiles les plus marquantes de chaque constellation par des lettres grecques en suivant l'ordre décroissant de leur éclat visuel…
Glossaire
(1572 - 1625), qui contient la liste de 1 706 étoiles réparties sur 60 constellations. Johannes Hewel (ou Johan Hœvelke, dit Hévélius, 1611 - 1687) vers 1660, puis Nicolas de LacailleNicolas de Lacaille
Nicolas de Lacaille consacra une partie essentielle de sa vie à l'astronomie. En 1739, il participe à la mesure de la méridienne de France et entre deux ans plus tard à l'Académie des sciences. Entre octobre 1750 et juin 1754, il se retrouve au Cap pour mesurer l'arc du méridien…
Glossaire
(1713 - 1762), entre 1750 et 1754, étendirent progressivement cette description à tout le ciel austral. Les nouvelles promues, désignant de nouvelles zones australes encore vierges de toute nomenclature, ont des noms directement inspirés par ces territoires inexplorés : Toucan, Oiseau de Paradis…, d'instruments scientifiques ou de navigation : Télescope, Microscope, Boussole, Compas…
Ce sont l'Uranometria Nova, l'ouvrage de Friedrich Wilhelm August Argelander (1799 - 1875) édité en 1843 pour le ciel boréal, et l'Uranometria Argentina de Benjamin Apthorp Gould (1824 - 1896) paru en 1879 pour les constellations australes, qui serviront de base pour la nomenclature définitive décidée par l'Union Astronomique Internationale lors de son congrès de Rome en 1922. En 1930, l'UAI normalisa les limites des 88 constellations retenues par des arcs de méridiens et de parallèles.
Le mouvement de précessionPrécession : l'axe de rotation terrestre décrit un cône autour de la direction perpendiculaire au plan de son orbite. Ainsi chaque prolongement de l'axe des pôles dessine un cercle en 25 800 ans par rapport aux étoiles.
Glossaire
a aujourd'hui modifié ces frontières et le repérage des astres se fait à présent par un système de coordonnées. Ces figures sont donc devenues obsolètes et pratiquement ignorées des astronomes mais conservent un côté pratique en dehors de toute considération « ésotérique ».
Le nom officiel d'une constellation est en latin, langue jugée « universelle ». Ainsi la Petite Ourse est nommée Ursa Minor. Chacune reçoit également un sigle (abréviation) toujours constitué de trois lettres (majuscules et minuscules), celui de la Petite Ourse est : UMi.
Coordonnées écliptiques
Les coordonnnées écliptiques d'un astre permettent de définir sa position dans un système de référence constitué du plan de l'écliptiqueÉcliptique : projection du plan de l'orbite terrestre sur la voûte céleste. Pour cette raison, il correspond également au déplacement apparent du Soleil parmi les étoiles sur une année.
Glossaire
et d'une direction origine, celle du point vernalPoint vernal : le point vernal est l'un des deux points d'intersection entre le plan équatorial terrestre et le plan de son orbite. Marquant le passage du Soleil à sa phase ascendante, il correspond à l'équinoxe de printemps pour l'hémisphère Nord (en mars).
Glossaire
, il est noté γ (gamma).
La latitude céleste, notée β (bêta), est la coordonnée verticale comptée de 0° à +90° au dessus du plan de l'écliptique et de 0° à −90° au dessous.
La longitude céleste, notée λ (lambda), est la coordonnée horizontale comptée positivement dans le sens direct, de l'Ouest vers l'Est, de 0° à 360° à partir du point vernal.
Coordonnées écliptiques et équatoriales
Les coordonnées écliptiques (à gauche) et équatoriales (à droite)
Coordonnées équatoriales
Les coordonnées équatoriales permettent de définir la position d'un astre dans un système de référence constitué du plan de l'équateurÉquateur : intersection de la surface d'un astre et du plan situé à égale distance de ses pôles, il marque la latitude zéro.
Glossaire
céleste et d'une direction origine, celle du point vernalPoint vernal : le point vernal est l'un des deux points d'intersection entre le plan équatorial terrestre et le plan de son orbite. Marquant le passage du Soleil à sa phase ascendante, il correspond à l'équinoxe de printemps pour l'hémisphère Nord (en mars).
Glossaire
 γ (gamma).
Elles permettent d'établir des relevés de positions sur des cartes et des catalogues.
La coordonnée horizontale est appelée ascension droite, notée α (alpha) ou AD (RA en anglais).
La coordonnée verticale, la déclinaison, est notée δ (delta).
Coordonnées géographiques
Les coordonnées géographiques d'un lieu sur Terre permettent de définir la position de ce lieu dans un système de référence constitué par le plan de l'équateurÉquateur : intersection de la surface d'un astre et du plan situé à égale distance de ses pôles, il marque la latitude zéro.
Glossaire
, situé à égale distance des pôles Nord et Sud, et le méridien origine qui va du pôle Nord au pôle Sud en passant par Greenwich.
La coordonnée verticale — comptée de 0° à 90°, positivement depuis l'équateur vers le pôle Nord et négativement depuis l'équateur vers le pôle Sud — est la latitude du lieu.
La coordonnnée horizontale — comptée de 0° à 180° depuis le méridien origine vers le méridien du lieu en précisant la direction Ouest ou Est — est la longitude du lieu.
Coordonnées géographiques
Les coordonnées géographiques
Coordonnées horaires
Les coordonnées horaires d'un astre permettent de définir la position de cet astre dans un système de référence local, constitué par le plan de l'équateur céleste et l'intersection du méridien du lieu avec ce plan.
La coordonnée horizontale est appelée angle horaire, elle est notée H.
La coordonnée verticale, la déclinaison, est notée δ (delta).
Coordonnées horizontales
Les coordonnées horizontales d'un astre permettent de définir la position de cet astre dans un système de référence local constitué par le plan de l'horizon, perpendiculaire à l'axe vertical (zénith-nadir du lieu) et le méridien du lieu.
La coordonnée verticale est la hauteur, elle est notée h et exprimée entre 0° (plan de l'horizon) et 90° (zénith).
La coordonnée horizontale est l'azimut, elle est notée A et comptée de 0° à 360°, positivement dans le sens rétrograde (mouvement apparent de la sphère céleste).
En astronomie, l'origine des azimuts est le sud géographique ; le nord géographique est pris pour origine en géodésie et pour la navigation.
Coordonnées horizontales
Les coordonnées horizontales
Copernic Nicolas, Kopernik Mikolaj
(Torun, 1473 - Frauenburg, auj. Frombork, 1543)
Nicolas COPERNIC Après avoir étudié les mathématiques, la philosophie aristotélicienne et l'astronomie à l'université de Cracovie, il devient chanoine de Frauenburg en 1501, après un périple de trois années en Italie et un bref passage à l'université de Padoue. Mais le nom de Copernic reste associé à un modèle de Système solaire : le système héliocentrique.
Voulant établir un calendrier conforme — la date de la Pâque déterminée par l'observation de l'équinoxe de printemps ne coincidait alors plus avec celle du calendrier julien — il lui fallait rendre les mouvements planétaires d'une façon plus simple et plus fiable. Il plaça le Soleil au centre (cette position était jusqu'alors réservée à la Terre) autour duquel il fit évoluer les planètes sur des orbites toujours circulaires et uniformes dans cet ordre : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter et Saturne ; les planètes Uranus et Neptune ne seront découvertes que plus tardivement. Aucun centre de ces trajectoires ne passant par le Soleil, il dut conserver les épicycles du système de PtoléméePtolemaeus Claudius, dit Ptolémée
Très peu d'éléments de la vie de Ptolémée sont connus, mais on le sait auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, dont deux feront autorité jusqu'à la Renaissance (l'Almageste et Géographie)…
Glossaire
(vers 90 - vers 168) pour expliquer certains désaccords observés.
Il démontra son système dans une publication restée célèbre : De Revolutionibus orbium cœlestium (Les Révolutions des orbes célestes) qui, bien qu'achevé en 1530, ne paraîtra qu'en 1543, l'année de sa mort. (Le catalogue de la bibliothèque d'un professeur de Cracovie (Matthias de Miechow, 1457 - 1523) répertorie en date du 1er mai 1514 un fascicule manuscrit de 6 feuilles, anonyme et sans titre, décrivant « une théorie d'une Terre en mouvement autour du Soleil ». Aujourd'hui connu sous le nom de Commentariolus, ce document semble être un premier écrit de Copernic. Trois autres exemplaires manuscrits ont été retrouvés, mais aucun n'est de sa main.)
L'ouvrage, prudemment présenté par une préface anonyme — certainement l'œuvre du pasteur luthérien Andreas Osiander (1498 - 1552) — comme une simple hypothèse de travail, ne suscita guère l'intérêt de ses contemporains ni les foudres de l'Église. La « mise à l'index » ne surviendra qu'après les travaux de Johannes KeplerJohannes Kepler
Né prématurément et d'une nature fragile, il a de plus failli être emporté par la variole à l'âge de quatre ans. Cette grave maladie lui laissera de terribles séquelles, notamment une très forte myopie…
Glossaire
(1571 - 1630) et surtout ceux de GaliléeGalileo Galilei
En janvier 1610, il découvre les quatre gros satellites de Jupiter et les phases de Vénus. Ces observations confortent son idée de la rotation de la Terre sur son axe et de sa révolution autour du Soleil. Cette conception lui vaut une condamnation à résidence par le Saint-Office…
Glossaire
(1564 - 1642). La « révolution » copernicienne était en marche…
Une superbe enceinte circulaire de 93 km de diamètre lui est dédiée sur notre lune (09,7 °N - 20,0 °O), un autre cratère sur Mars ainsi que l'astéroïde n° 1322.

Le visage de Copernic

Le 4 novembre 2005, une dépêche de l'Associated Press de Varsovie apportait une nouvelle assez déconcertante : la découverte de la tombe du célèbre chanoine-astronome dans la cathédrale de Frombork (300 km au nord de la capitale Varsovie).
Malgré une sépulture retrouvée en mauvais état — peu de restes sont retrouvés — une boite crânienne possédant une marque au dessus de l'orbite gauche a été remise au Laboratoire central de criminologie de Varsovie. Un visage a été reconstruit informatiquement, qui se révèle être celui d'un homme d'environ 70 ans, ce qui correspond à l'âge de Copernic à son décès.
Visage de Copernic
Visage reconstitué de Copernic à l'âge de 70 ans et huile sur bois exposée à l'hôtel de Ville de Torun.
(portrait réalisé d'après une gravure de Tobias Stimmer, début du XVIe siècle, anonyme)
L'image obtenue présente une asymétrie ainsi qu'une déviation de la cloison nasale, par comparaison ces caractéristiques sont retrouvées sur certains de ses portraits. Sur l'un d'entre-eux, on retrouve également une cicatrice sur la partie gauche du front.
Depuis, des cheveux retrouvés dans un manuel ayant appartenu à Copernic (Calendarium Romanum Magnum de Johannes Stœffler) ont été comparés au code ADN des restes de Frombork otant ainsi toute incertitude sur cette identification.
Près d'un demi-millénaire après sa mort, Nicolas Copernic repose à nouveau dans la cathédrale de Frombork depuis le 22 mai 2010.
CorbeauCorbeau
Constellation australe difficilement observable au printemps, elle ne contient aucun objet particulièrement intéressant.
Corbeau
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
au sud de la Vierge. Son sigle est Crv (Corvus).
Constellation du Corbeau
Constellation du Corbeau - CC BY 3.0
Cosmologie
La cosmologie est l'étude de la structure, de l'origine et de l'évolution de l'Univers.
CoupeCoupe
Petite constellation australe n'offrant aucun attrait particulier.
Coupe
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
au sud du Lion. Son sigle est Crt (Crater).
Constellation de la Coupe
Constellation de la Coupe - CC BY 3.0
Couronne australeCouronne australe
Elle doit son nom à une analogie de forme avec le constellation boréale de la Couronne boréale.
Couronne australe
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
australe dont la disposition des étoiles les plus lumineuses (vues depuis la Terre) n'est pas sans rappeler celle de son homologue de l'hémisphère Nord : la Couronne boréale. Son sigle est CrA (Corona Australis).
Constellation de la Couronne australe
Constellation de la Couronne australe - CC BY 3.0
Couronne boréaleCouronne boréale
Petite constellation boréale aisément repérable entre Hercule et le Bouvier.
Couronne boréale
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
entre Hercule et le Bouvier. Son sigle est CrB (Corona Borealis).
Constellation de la Couronne boréale
Constellation de la Couronne boréale - CC BY 3.0
Crépuscule
Phénomène de « nuit incomplète » qui précède le lever du Soleil ou suit son coucher (en astronomie le terme aube n'est pas utilisé). Suivant la différence de hauteur entre le Soleil et l'horizon, on distingue :
  • le crépuscule civil (différence inférieure à 6°) ;
  • le crépuscule nautique (différence allant de 6° à 12°) ;
  • le crépuscule astronomique (différence supérieure à 12° et allant jusqu'à 18°).
La durée du crépuscule varie suivant la latitudeLatitude : écart angulaire d'un point de la sphère terrestre mesuré depuis le plan équatorial.
Glossaire
et la période de l'année.
Croix de Ste Hélène
Une des nombreuses allégories célestes créées par le moine allemand Julius Schiller (1580 - 1627) en 1627, qui voulait éloigner du ciel toutes nomenclatures païennes. Elle se retransformera en Cygne à l'époque de la Renaissance.
Croix du SudCroix du Sud
Constellation australe déjà répertoriée par Ptolémée, c'est la plus petite de tout le ciel.
Ciel austral : Croix du Sud
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
australe, elle est la plus petite de tout le ciel. Elles contient notamment les objets connus sous les noms de « Boîte à bijoux » et « Sac à charbon ». Son sigle est Cru (Crux).
Constellation de la Croix du Sud
Constellation de la Croix du Sud - CC BY 3.0
CygneCygne
Constellation boréale visible en été, son étoile la plus brillante est Deneb.
Cygne
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
contenant la célèbre DenebDeneb
C'est l'étoile la plus lointaine visible à l'œil nu. Avec Altaïr et Véga, elle forme le célèbre astérisme du « Triangle de l'été ».
Deneb
, l'un des sommets du « Triangle de l'été ». Elle se retrouve également parfois sous la dénomination de Croix du Nord. Son sigle est Cyg (Cygnus).
Constellation du Cygne
Constellation du Cygne - CC BY 3.0