Glossaire

Définitions de termes en M

M
Une des 10 classes spectralesClassification spectrale : classification des étoiles en fonction de la distribution de leur rayonnement électromagnétique, qui dépend essentiellement de la température de surface, instaurée par l'observatoire de Harvard au début du XXe siècle.
Glossaire
dans la typologie définie par l'observatoire de Harvard.
Les étoiles de type M, en général des géantes ou supergéantes, sont de couleur rouge avec une température de surface d'environ 3 000 kelvinsKelvin : le kelvin est l'unité de mesure de la température absolue, soit la mesure de l'agitation cinétique des particules (atomes ou molécules) qui constituent un corps ; le point zéro indiquant une agitation cinétique nulle. Ce zéro absolu équivaut à −273,15 °Celsius, ou 0 °C = 273,15 kelvins.
Glossaire
. Leur spectre laisse apparaître essentiellement les bandes de l'oxyde de titane (exemple : BételgeuseBételgeuse
Géante rouge en fin de vie, son diamètre alterne entre 750 et 1 300 millions de km. À la distance du Soleil, elle s'étendrait au-delà de l'orbite de Jupiter.
Bételgeuse
dans Orion).
Machine électrique
Construite en même temps que son « imprimerie » par Johann BodeJohann Bode
Il est surtout célèbre pour avoir vulgarisé la formulation empirique de la distance des planètes au Soleil du mathématicien Johann Daniel Tietz, et connue sous le nom de Loi de Titius-Bode…
Glossaire
(1747 - 1826), cette autre ancienne constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
était placée entre le Fourneau et le Sculpteur.
Machine pneumatiqueMachine pneumatique
Constellation australe imaginée en 1752 par l'abbé Nicolas de Lacaille pour combler un espace laissé vide de toute nomenclature à l'est de la Boussole.
Machine pneumatique
ConstellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
de l'hémisphère Sud située entre le Centaure et les Voiles. Son sigle est Ant (Antlia).
Constellation de la Machine pneumatique
Constellation de la Machine pneumatique - CC BY 3.0
Magnitude (stellaire)
Échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5. Plus l'éclat d'un astre est faible, plus la valeur de sa magnitude augmente. Une étoile de magnitude 0 est ainsi 2,5 fois plus brillante qu'une étoile de magnitude 1 ; de même, elle est 2,5 fois moins brillante qu'une étoile de magnitude −1. À l'œil nu, il est théoriquement possible de distinguer les étoiles jusqu'à la magnitude 6,5. Dans la réalité, l'absorption atmosphériqueAbsorption atmosphérique : fraction de la lumière d'un astre ne parvenant pas à l'observateur et dont la valeur est proportionnelle à l'épaisseur de la couche atmosphérique traversée.
Glossaire
(et la pollution lumineuse !) limite cette perception à la magnitude 3 près de l'horizonHorizon : projection sur la sphère céleste du plan horizontal passant par le point de vision de l'observateur.
Glossaire
, en périphérie des villes la magnitude est d'environ 3,5 au zénithZénith : point de projection sur la voûte céleste de la droite partant du centre de la Terre et passant à l'aplomb d'un lieu, soit à 90° de hauteur au-dessus de l'horizon.
Glossaire
.
Hipparque de Nicée (190 av. J.-C. - 125 av. J.-C.), deux siècles avant notre ère, répertorie les étoiles visibles à l'œil nu en six classes de grandeur. À cette époque, les astres « fixes » (les étoiles) sont tous considérés comme étant à la même distance. Il est logique de penser que les plus lumineux sont tout simplement les plus grands. Les étoiles de première grandeur sont donc celles qui sont visibles juste après le couchant et celles à la limite de la perception sont classées à la sixième.
Cette échelle fut reprise par PtoléméePtolemaeus Claudius, dit Ptolémée
Très peu d'éléments de la vie de Ptolémée sont connus, mais on le sait auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, dont deux feront autorité jusqu'à la Renaissance (l'Almageste et Géographie)…
Glossaire
(vers 90 - vers 168) en 137 de notre ère dans son Mathematike Synthasis, vaste compilation du savoir scientifique accumulé depuis l'Antiquité, et nous a ainsi été transmise. Les moyens d'observation se perfectionnant, il devint nécessaire d'élargir et surtout de préciser la mesure de l'intensité lumineuse des étoiles.
Magnitude apparente (ou visuelle)
Norman Pogson (1829 - 1891) proposa en 1856 qu'à une différence de 5 grandeurs corresponde un rapport de 100/1 afin de retrouver entre les étoiles les mêmes différences de luminosité que dans l'ancienne classification. L'appellation fut remplaçée par magnitude (notée m ; du latin magnitudo = grandeur, puissance), ce terme ne devant plus créer de confusion avec le concept de dimension.
Ainsi pour une différence de 1 magnitude, leur luminosité diffère d'un facteur égal à la racine cinquième de 100, soit 2,512 (2,512 à la puissance 5 = 100,02). À une augmentation de magnitude correspond une diminution de l'intensité lumineuse. Une étoile de magnitude 6 est 100 fois plus faible que celle de magnitude 1.
Les éclats apparents sont donc mesurés dans cette échelle logarithmique selon la loi de Pogson, soit : m = −2,5 log E + k (où E est l'éclat stellaire et k une constante).
Pour l'échelle des magnitudes visuelles, la valeur de la constante k a été arbitrairement fixée en affectant une magnitude déterminée à une étoile prise comme mesure étalon.
Ainsi pour deux étoiles A et B on a : mA − mB = −2,5 log (EA / EB) et à une différence de n magnitudes correspond un rapport de 2,512n.
Cette échelle a permis d'attribuer à certaines étoiles très brillantes des magnitudes négatives : SiriusSirius
C'est l'étoile la plus brillante de tout le ciel, elle est la sixième par ordre de distance au Soleil.
Sirius
a une magnitude de −1,44. Elle est évidemment applicable aux planètesPlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
, astéroïdesAstéroïde : petit corps orbitant autour du Soleil et dont la plus grande dimension ne dépasse pas quelques centaines de kilomètres.
Glossaire
, comètes…
La magnitude apparente du SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
est de −26,9 ; celle de la LuneLune
Le couple Terre-Lune peut être considéré comme une planète double qui orbite autour du Soleil à partir d'un centre de gravité commun…
Lune
(lors d'une Pleine Lune) vaut −12,7 et VénusVénus
Ses élongations maximales approchent les 48° et, en raison de son albédo élevé, elle peut être observée plus facilement que Mercure…
Planète Vénus
à son maximum se voit attribuer celle de −4,4. Sirius, l'étoile la plus lumineuse a une magnitude apparente de −1,44, une bonne paire de jumelles permet d'atteindre la magnitude 10 environ.
À l'inverse de l'échelle, les grands télescopes terrestres permettent d'atteindre la magnitude 27 ; le télescope spatial Hubble atteint la magnitude 30.
Magnitude absolue
La magnitude apparente, comme son nom l'indique, ne donne d'indication que sur l'éclat apparent et non l'intensité réelle de la lumière émise. En effet, elle ne tient pas compte de la distance qui nous sépare du corps observé et ne permet pas de comparer ses propriétés à celles d'autres astres, tous situés à des distances différentes.
Afin de comparer la luminosité des étoiles, il a été nécessaire de définir une échelle de magnitude absolue (notée M) qui correspond à la magnitude qu'aurait l'astre s'il était placé conventionnellement à une distance de 10 parsecsParsec : distance depuis laquelle le demi-grand axe de l'orbite terrestre devrait être vu sous un angle de 1", elle vaut 3,26 années de lumière.
Glossaire
. L'éclat absolu caractérise une étoile et c'est une véritable donnée physique, il peut être déduit de son spectre. On peut également le déterminer à partir de la parallaxeParallaxe : regardée alternativement avec chaque œil, la projection du pouce, main tendue, ne se retrouve pas devant les mêmes éléments d'un décor : c'est l'effet de parallaxe. La parallaxe est d'autant plus petite que l'objet visé est lointain.
Glossaire
, méthode qui devient totalement inapplicable pour les distances supérieures à environ 300 années de lumièreAnnée de lumière : unité de distance correspondant à celle parcourue par la lumière (dans le vide) en un an.
Glossaire
.
Magnitude absolue
Luminosité intrinsèque et distance

La magnitude apparente m, la magnitude absolue M et la distance d (exprimée en parsec) sont liées par la relation : m − M = 5 log d − 5 L'éclat d'une source lumineuse perçue par notre œil dépend à la fois de sa luminosité intrinsèque et de sa distance. Quand la distance double, pour une même luminosité, l'éclat est quatre fois moindre ; ainsi une lampe de 50 watts située à 20 mètresMètre : longueur originellement définie comme la dix millionième partie du quart d'un méridien terrestre.
Glossaire
est perçue avec le même éclat qu'une lampe de 200 watts située à 40 mètres.
L'éclat apparent (pour une étoile on parle de magnitude apparente) est le paramètre observable, mais il ne renseigne en rien sur la luminosité propre. Si l'on veut mesurer la distance d'une lampe il faudrait connaître le nombre de watts.
De même, pour trouver la distance d'un astre il est nécessaire de connaître sa luminosité propre, en astronomie on l'appelle : magnitude absolue.
MarsMars
Mars possède une atmosphère très ténue qui permet une observation de son sol que seules de violentes tempêtes de poussière parviennent à voiler…
Planète Mars
Quatrième planètePlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
par ordre de distance au SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
.
Mascon
Excès de masse sous la surface lunaire, essentiellement sous cinq des plus grands bassins d'impact (Mare Imbrium, Mare Serenitatis, Mare Crisium, Mare Humorum et Mare Nectaris), se traduisant par des anomalies de gravité ; le terme est une contraction de l'anglais : mass concentration.
Méchain Pierre André François
(Laon, 1744 - Castellon de la Plana, 1804)
Pierre MÉCHAINEn raison de difficultés financières, son père ne peut lui assurer une formation d'architecte, profession qu'il voudrait le voir prendre comme lui. Ayant eu connaissance de son intérêt pour l'astronomie, Joseph Lefrançois de LalandeJoseph Lefrançois de Lalande
Directeur de l'observatoire de Paris, entre 1795 et 1800, il s'illustra également comme vulgarisateur en organisant des séances d'observations publiques…
Glossaire
(1732 - 1807) le prend comme élève et lui confie très vite la correction de la réédition de son ouvrage Astronomie. En 1772, il le nommera astronome-hydrographe au dépôt des cartes de la marine.
Il se livre à l'observation des comètes, il en découvrira 12 entre 1780 et 1802, dont il calcule les orbitesOrbite : trajectoire, généralement elliptique, décrite par un corps naturel ou artificiel soumis au champ gravitationnel d'un autre corps considéré comme fixe.
Glossaire
ainsi que celles de 13 autres observées par des confrères. Il collabore étroitement avec Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817), portant à sa connaissance chacune de ses nouvelles découvertes d'objets diffus. De cette manière, il enrichit le catalogue MessierCatalogue messier
Premier catalogue d'objets non-stellaires dressé par Charles Messier, il contient 110 entrées.
Catalogue messier
de nombreux objets : M 63 en 1779 ; M 65, M 66, M 71, M 72, M 74 à M 79 en 1780 ; M 80 à M 82, M 85, M 94 à M 103 en 1781.
En 1781, il démontre la nature planétaire d'un nouvel objet découvert par William HerschelWilliam Herschel
Fils de musicien, William Friedrich Wilhelm Herschel reçoit également une formation musicale, apprenant le hautbois et le violon. En 1757, il quitte sa ville natale de Hanovre pour l'angleterre où il s'installe comme copiste à Londres, puis enseigne la musique à Durham…
Glossaire
(1738 - 1822) : UranusUranus
Théoriquement visible à l'œil nu, il faudra cependant attendre l'invention du télescope pour qu'elle puisse être découverte par William Herschel…
Planète Uranus
. Mais le nom de Méchain reste surtout associé à celui de Jean Baptiste Joseph Delambre (1749 - 1822) pour la mesure d'un arc de méridien (dite méridienne de France), entre Dunkerque et Barcelone (1792 - 1799), devant servir à définir une nouvelle unité de longueur : le mètreMètre : longueur originellement définie comme la dix millionième partie du quart d'un méridien terrestre.
Glossaire
. Directeur de l'observatoire de Paris de 1800 jusqu'à son décès, il succombe de la fièvre jaune lors d'une ultime expédition géodésique en Espagne.
Son fils, Jérôme Isaac Méchain (1778 - 1851), travaillera avec lui sur les mesures de la méridienne et participera à la campagne d'Égypte.
MercureMercure
En raison de sa proximité avec notre étoile, elle reste difficile à observer car toujours baignée dans les lueurs de l'aube ou du crépuscule…
Planète Mercure
PlanètePlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
la plus proche du SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
.
Méridien
Cercle imaginaire contenant l'ensemble des points du globe terrestre ayant la même longitudeLongitude : dans le système de coordonnées géographiques, c'est l'écart angulaire d'un point de la sphère terrestre mesuré en degrés depuis le méridien d'origine marqué 0°.
Glossaire
(il rejoint les pôles en passant par le zénithZénith : point de projection sur la voûte céleste de la droite partant du centre de la Terre et passant à l'aplomb d'un lieu, soit à 90° de hauteur au-dessus de l'horizon.
Glossaire
). Le méridien sud d'un lieu est (pour un observateur de l'hémisphère Nord) le cercle horaire où le SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
culmine (midi vrai). Lors de son passage au méridien, une étoile culmine au point le plus haut de sa trajectoire apparente ; il s'agit du moment le plus propice à son observation.
Messier (catalogue)Catalogue Messier
Premier catalogue d'objets non-stellaires dressé par Charles Messier, il contient 110 entrées.
Catalogue Messier
Liste de 110 objets, dressée par l'astronome Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817), comprenant amas d'étoiles, nébuleuses et galaxiesGalaxie : les étoiles ne se distribuent pas au hasard dans l'Univers, elles tendent à se regrouper dans des objets comprenant chacun entre un à cent milliards de membres que l'on nomme galaxies.
Glossaire
.
Messier (constellation)
Hommage rendu au célèbre astronome français Charles MessierCharles Messier
Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle…
Glossaire
(1730 - 1817), grand découvreur de comètes, par un autre astronome français : Joseph Lefrançois de LalandeJoseph Lefrançois de Lalande
Directeur de l'observatoire de Paris, entre 1795 et 1800, il s'illustra également comme vulgarisateur en organisant des séances d'observations publiques…
Glossaire
(1732 - 1807). Cette figure éphémère fut placée près du pôle céleste Nord, entre Céphée, Cassiopée et le Renne, également une autre constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
disparue.
Le messier est un vieux nom donné au gardien des moissons. Le hasard veut que les Phéniciens avaient baptisé cette zone le « Champ de blé ».
Messier Charles
(Badonviller, 1730 - Paris, 1817)
Charles MESSIER Dixième enfant d'une lignée de douze, il se voit contraint de « s'exiler » à Paris en 1751. Doté d'une belle écriture et doué pour le dessin, il y a trouvé un emploi de cartographe chez l'astronome-géographe Joseph Nicolas Delisle (1688 - 1768).
Très vite initié aux rudiments de l'astronomie, il s'intéresse avant tout au retour annoncé d'une comète en 1758 par Edmund HalleyEdmund Halley
En 1682, appliquant les lois de la gravitation de Newton aux comètes, il en découvre la périodicité et prévoit le retour pour 1758 de celle observée en 1531, 1607 et 1682. Cette comète, qui porte aujourd'hui son nom (1P/Halley), a une période d'environ 76 ans.…
Glossaire
(1656 - 1742). Mettant en application les lois de la gravitation de Isaac NewtonIsaac Newton
Esprit universel, Newton peut être tout autant qualifié de mathématicien, physicien que d'astronome. Co-inventeur du calcul différentiel et intégral avec Gottfried Wilhelm Leibniz, il est également le créateur du premier télescope qui porte son nom…
Glossaire
, E. Halley avait postulé que les comètes observées en 1531, 1607 et 1682 devaient figurer un seul et même objet d'une période d'environ 75 ans. Le 21 janvier 1759, Messier finira par la repérer, mais il fut devancé de quelques semaines par un fermier allemand : Johann Georg Palitzsch (1723 - 1788).
Mais cette minutieuse recherche ne s'est pas faite sans quelques déboires. Le 14 août 1758, il repère dans la constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
du Taureau un nouvel objet flou à l'apparence d'une comète. Ce type de découverte gênant sa quête de l'astre vagabond, il décide d'en noter la position exacte parmi les étoiles… afin de mieux l'ignorer lors d'une future rencontre.
Listant initialement 45 nébuleuses et amas d'étoiles, diverses moutures porteront l'inventaire à 103 entrées. La forme actuelle comprend sept objets supplémentaires rajoutés successivement après qu'il fut retrouvé des écrits relatifs à leurs observations par Charles Messier. Ces objets, désignés sous la forme M 1 à M 110 (M pour Messier, suivi du numéro d'ordre), forment le catalogueCatalogue Messier
Premier catalogue d'objets non-stellaires dressé par Charles Messier, il contient 110 entrées.
Catalogue Messier
le plus prisé de l'astronome débutant.
Il observera 44 comètes et la paternité de 14 d'entre elles lui est officiellement accordée (plus 6 codécouvertes), performance qui lui vaudra le surnom de « furet des comètes » par Louis XV en personne.
Les cartographes lunaires ont rendu hommage à celui qui a essentiellement voué sa vie d'astronome à la recherche de comètes en attribuant son nom à une structure sélène (01,9 °S - 47,6 °E) au nord de la Mer de la Fécondité. Un premier cratère forme un ovale de 9 km × 11 km, le second est un cratère double de 13 km × 11 km, lieu d'émergence d'une double traînée claire dont la configuration rappelle celle d'une… comète !
Il existe également une Rima Messier de 100 km de longueur, son observation est bien plus difficile.
Les cratères Messier
Les cratères lunaires Messier
Météoroïde
Sur la trajectoire de son orbiteOrbite : trajectoire, généralement elliptique, décrite par un corps naturel ou artificiel soumis au champ gravitationnel d'un autre corps considéré comme fixe.
Glossaire
autour du SoleilSoleil
Le Soleil n'est que l'une des 100 milliards d'étoiles qui constituent notre Galaxie.
Étoile Soleil
, la TerreTerre
Minuscule fragment de matière flottant autour d'une étoile banale, la planète Terre est pourtant la plus massive des planètes telluriques.
Planète Terre
rencontre périodiquement de petites particules qui voyagent dans le milieu interplanétaire. Pour la grande majorité, leur taille est comprise entre celle d'un grain de sable et celle d'un gravillon, aussi leur présence ne se manifeste que lorsqu'ils se consument en entrant dans la haute atmosphère terrestre (entre 80 et 120 km d'altitude). La ionisation des molécules de la haute atmosphère donne lieu à un phénomène lumineux appelé météore ou, plus communément, « étoile filante ».
Certains éléments plus massifs parviennent jusqu'au sol, on parle alors de météorite. La masse de ces retombées est difficile à évaluer, elle représente cependant plusieurs milliers de tonnes par an, ce qui reste négligeable en regard de la masse de notre planète (6 × 1021 tonnes).
Toute l'année, sous un ciel nocturne parfaitement dégagé, il est possible d'observer entre 5 et 10 météores par heure. Certains sont regroupés en essaim et, par un effet de perspective, semblent provenir d'une même zone, le radiantRadiant : point sur la voûte céleste d'où semblent provenir les météorites d'un même essaim.
Glossaire
. Ces corpuscules sont liés à des noyaux cométaires qui perdent des poussières lors de leur passage au voisinage du Soleil.
Principaux essaims d'étoiles filantes
Essaim Période Maximum Radiant Vitesse r ZHR
Quadrantides 28/12 au 12/01 03/01 15h20m +49° 41 2.1 120
Alpha Centaurides 28/01 au 21/02 08/02 14h04m -59° 56 2.0 6
Lyrides 16/04 au 25/04 22/04 18h04m +34° 49 2.1 18
Pi Puppides 15/04 au 28/04 23/04 07h20m -45° 18 2.0 Var
Êta Aquarides 19/04 au 28/05 05/05 22h32m -01° 66 2.4 65
Êta Lyrides 03/05 au 14/05 08/05 19h08m +44° 43 3.0 3
Bootides de/06 22/06 au 02/07 27/06 14h56m +48° 18 2.2 Var
Piscis Austrinides 15/07 au 10/08 28/07 22h44m -30° 35 3.2 5
Delta Aquarides sud 12/07 au 23/08 30/07 22h36m -16° 41 3.2 16
Alpha Capricornides 03/07 au 15/08 30/07 20h28m -10° 23 2.5 5
Perséides 17/07 au 24/08 13/08 03h12m +58° 59 2.2 100
Kappa Cygnides 03/08 au 25/08 18/08 19h04m +59° 25 3.0 3
Alpha Aurigides 28/08 au 05/09 01/09 05h36m +39° 66 2.5 6
Perséides de/09 05/09 au 21/09 09/09 04h00m +40° 64 3.0 5
Draconides 06/10 au 10/10 08/10 17h28m +54° 20 2.6 Var
Taurides sud 10/09 au 20/11 10/10 03h28m +09° 27 2.3 5
Delta Aurigides 10/10 au 18/10 11/10 05h28m +44° 64 3.0 2
Epsilon Géminides 14/10 au 27/10 18/10 06h48m +27° 70 3.0 3
Orionides 02/10 au 07/11 21/10 06h20m +16° 66 2.5 25
Léo Minorides 19/10 au 27/10 24/10 10h44m +37° 62 3.0 2
Taurides nord 20/10 au 10/12 12/11 03h52m +22° 29 2.3 5
Léonides 06/11 au 30/11 17/11 10h08m +22° 71 2.5 15
Alpha Monocérotides 15/11 au 25/11 21/11 07h48m +01° 65 2.4 Var
Phœnicides 28/11 au 09/12 06/12 01h12m -53° 18 2.8 Var
Puppid-Vélides 01/12 au 15/12 07/12 08h12m -45° 40 2.9 10
Monocérotides 27/11 au 17/12 09/12 06h40m +08° 42 3.0 2
Sigma Hydrides 03/12 au 15/12 12/12 08h28m +02° 58 3.0 3
Géminides 04/12 au 17/12 14/12 07h28m +33° 35 2.6 120
Ursides 17/12 au 26/12 22/12 14h28m +76° 33 3.0 10

Radiant = ascension droiteAscension droite : coordonnée équatoriale exprimant la distance angulaire mesurée, dans le sens direct, entre le cercle horaire passant par un astre et le point vernal.
Glossaire
et déclinaisonDéclinaison : coordonnée verticale dans les systèmes de coordonnées équatoriales et horaires, c'est l'angle compris entre la direction d'un astre et le plan de l'équateur céleste.
Glossaire
lors du maximum ;
Vitesse = vitesse en kilomètres par seconde de la pénétration atmosphérique, elles s'échelonnent entre 10 et 70 km·s−1 ;
r = distribution moyenne de la magnitudeMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
d'un essaim (une valeur comprise entre 2 et 2,5 indique que l'essaim est riche en météores ayant une brillance supérieure à la moyenne, une valeur supérieure à 3 indique une brillance en-dessous de la moyenne) ;
ZHR = estimation du nombre maximum de météores visibles si le radiant était au zénithZénith : point de projection sur la voûte céleste de la droite partant du centre de la Terre et passant à l'aplomb d'un lieu, soit à 90° de hauteur au-dessus de l'horizon.
Glossaire
(Zenithal Hourly Rate).
Source : International Meteor Organization

Mètre
Le terme « mètre » est issu des mots latin metrum et grec metron signifiant « mesure », il est l'unité de base du Système International d'unitésSystème International d'unités : normalisation, fixée dans sa forme actuelle en 1971, qui comprend sept unités de base : mètre (m), kilogramme (kg), seconde (s), ampère (A), kelvin (K), mole (mol), candela (cd).
Glossaire
(S.I.) pour la mesure des longueurs ; son symbole est : m.
Le mètre est originellement défini comme la dix millionième partie du quart d'un méridien terrestre (longueur d'un arc joignant l'équateurÉquateur : intersection de la surface d'un astre et du plan situé à égale distance de ses pôles, il marque la latitude zéro.
Glossaire
au pôle Nord). L'utilisation de lasers permettant aujourd'hui une mesure très précise de la vitesse de la lumière, sa nouvelle définition officielle (légale depuis le 1er janvier 1961) est la longueur égale à 1 650 763,73 longueurs d'onde dans le vide de la radiation de transition entre les niveaux 2p10 et 5d5 de l'atome de krypton 86.
MicroscopeMicroscope
Constellation australe imaginée en 1752 par l'abbé Nicolas de Lacaille à partir d'étoiles formant autrefois la queue du Poisson austral.
Microscope
Ce regroupement apparent d'étoiles, situé au sud du Capricorne, formait autrefois la queue du Poisson austral avant que Nicolas de LacailleNicolas de Lacaille
Nicolas de Lacaille consacra une partie essentielle de sa vie à l'astronomie. En 1739, il participe à la mesure de la méridienne de France et entre deux ans plus tard à l'Académie des sciences. Entre octobre 1750 et juin 1754, il se retrouve au Cap pour mesurer l'arc du méridien…
Glossaire
(1713 - 1762) décide d'en faire une constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
à part entière en 1752. Son sigle est Mic (Microscopium).
Constellation du Microscope
Constellation du Microscope - CC BY 3.0
MiraMira
Géante rouge en fin de vie, ses pulsions successives résultent d'un combat interne entre la pression de radiation et l'énergie gravitationnelle.
Mira
Étoile ο (omicron) de la constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
de la Baleine, elle est le prototype des variables pulsantes à longue période, de 80 à 1 000 jours. La relation « période-luminosité » des étoiles du type Mira est inverse de celle des céphéidesCéphéides : étoiles variables pulsantes dont les périodes de pulsation vont de 1 à 70 jours.
Glossaire
, la magnitudeMagnitude (stellaire) : échelle logarithmique permettant de répertorier les étoiles en fonction de leur luminosité. Le niveau zéro de cette échelle a été arbitrairement attribué à une série d'étoiles étalons et le rapport entre chaque magnitude est d'un facteur 2,5.
Glossaire
décroît lorsque la période augmente.
Mont Ménale
L'origine de cette ancienne constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
, qu'il plaça sous les pieds du Bouvier, est due à Johannes Hewel (ou Johan Hœvelke, dit Hévélius, 1611 - 1687). L'origine du nom Mons Mænalus reste inconnue.
MoucheMouche
Constellation nommée Apis dans l'Uranometria de Johann Bayer, puis Musca Apis par Edmund Halley pour se transformer en Musca (Mouche) par Nicolas de Lacaille en 1752.
Ciel austral : Mouche
Petite constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
australe située entre la Croix du Sud et le pôle céleste sud. Son sigle est Mus (Musca).
Constellation de la Mouche
Constellation de la Mouche - CC BY 3.0