Carte

Bélier

Aries - Ari

Bélier

Discrète constellationConstellation : les constellations prennent leurs origines essentiellement dans la mythologie. N'ayant aucune entité physique propre, elles résultent d'une simple association d'étoiles qui, vues depuis la Terre, semblent angulairement proches.
Glossaire
du ciel d'automne, le Bélier s'est vu déposséder de son principal atout : l'origine du « point gamma », point d'intersection de l'écliptiqueÉcliptique : projection du plan de l'orbite terrestre sur la voûte céleste. Pour cette raison, il correspond également au déplacement apparent du Soleil parmi les étoiles sur une année.
Glossaire
et de l'équateurÉquateur : intersection de la surface d'un astre et du plan situé à égale distance de ses pôles, il marque la latitude zéro.
Glossaire
céleste. C'est en effet dans cette constellation que, du temps des premiers astronomes, se trouvait ce point marquant l'équinoxeÉquinoxe : l'inclinaison de l'axe de rotation terrestre est incliné sur le plan de son orbite, ce dernier n'est pas confondu avec l'équateur. Les équinoxes sont les deux dates de transition du Soleil d'un hémisphère à l'autre, la durée du jour et de la nuit sont alors égales.
Glossaire
de printemps. En vingt siècles, la précessionPrécession : l'axe de rotation terrestre décrit un cône autour de la direction perpendiculaire au plan de son orbite. Ainsi chaque prolongement de l'axe des pôles dessine un cercle en 25 800 ans par rapport aux étoiles.
Glossaire
des équinoxes à fait glisser ce repère céleste dans la constellation voisine des PoissonsPoissons
Constellation boréale visible en automne, le mouvement de précession y a décalé le point γ qui marque l'équinoxe de printemps.
Poissons
.
Elle doit son nom à la similitude entre le symbole grec γ (gamma) et les cornes d'un bélier, et non avec une quelconque « ressemblance » avec cet animal.
Sur la partie nord de cette région se trouvait autrefois la constellation de la MoucheMouche
Constellation nommée Apis dans l'Uranometria de Johann Bayer, puis Musca Apis par Edmund Halley pour se transformer en Musca (Mouche) par Nicolas de Lacaille en 1752.
Mouche
, aujourd'hui déplacée dans l'hémisphère austral.

Objets stellaires intéressants
30 Arietis
Étoile multiple Séparation : 38,6" Distance : A : 147,4 a.l. ± 0,5 ; B : 145,8 ± 0,3
Ascension droite : 02h 37m 00,51s (J2000) Déclinaison : +24° 38' 50,2" (J2000) Magnitudes : A : 6,51 ± 0,07 ; B : 7,09 ± 0,10
30 Arietis
30 Arietis A et 30 Arietis B

Au premier abord, 30 Arietis ressemble à une banale étoile double, les éléments sont notés 30 Arietis A et 30 Arietis B.
C'était le cas jusqu'en 1916, date à laquelle la composante 30 Arietis A se révèle être une binaire spectroscopiqueBinaire spectroscopique : étoiles trop rapprochées dont la binarité ne peut être révélée que par analyse spectrale.
Glossaire
 ; suivant les conventions de nommage, elles sont répertoriées 30 Arietis Aa et 30 Arietis Ab.
En 2009, la présence d'une planètePlanète : nom initialement attribué aux points lumineux vagabondant parmi les étoiles, planêtos signifie « astres errants » en grec.
Glossaire
gravitant autour de 30 Arietis B est mise en évidence. Dès lors, l'étoile reçoit l'appellation 30 Arietis Ba et sa planète celle de 30 Arietis Bb.
En 2015, une nouvelle découverte vient perturber cette convention de nommage : l'étoile 30 Arietis B est également un système binaire ! Se pose alors un problème épineux de baptème : comment nommer cette quatrième étoile puisque l'appellation qui lui revient normalement est déjà attribuée à la planète. Contrairement à l'usage, afin de ne pas perturber les futures recherches bibliographiques, cette nouvelle étoile reçoit le nom de 30 Arietis C.
Dotée d'une masse d'un peu moins de 10 fois celle de Jupiter, la planète 30 Arietis Bb orbite à un peu moins d'une unité astronomiqueUnité astronomique : unité de distance basée sur le demi-grand axe de l'orbite terrestre et définie par l'UAI en 1976.
Glossaire
de son étoile en 335,1 jours (± 2,5).

Structure de 30 Arietis
Structure du système 30 Arietis
Sélection d'objets non-stellaires
NGC 680
Galaxie - E1 pec Dimension : 2,7' × 2,4' Distance : 113,6 × 106 a.l.
Ascension droite : 01h 49m 47,29s (J2000) Déclinaison : +21° 58' 14,7" (J2000) Magnitude : 11,90 ± 0,06
Groupe de galaxies
Le trio de galaxies du Bélier : NGC 678, NGC 680 et NGC 691. La spirale barrée IC 167, découverte par le français Guillaume Bigourdan (1851 - 1932) le 4 janvier 1889, est visible sur la gauche de l'image.
DoDz 1
Amas ouvert - III 2 p Dimension : Ø 12' Distance : 1 000 a.l.
Ascension droite : 02h 47,4m Déclinaison : +17° 12' Magnitude : - -

DoDz 1 est l'un des 11 amas ouvertsAmas ouvert : composés d'étoiles relativement jeunes, toutes nées de la même nébuleuse, ils se situent principalement dans le plan du disque des galaxies spirales.
Glossaire
découverts par le georgien G. N. Dzimselejsvili (-), ils font suite et s'ajoutent à la liste – publiée en 1966 – des 47 précédemment découverts par sa compatriote Madona Vasiljevna Dolidze (1927 - 2015). Il s'agit vraisemblablement d'un rémanent d'amas ouvert en cours de dispersion. Il faut le chercher à un demi-degré au sud-est de l'étoile π (pi).

Les coordonnées équatoriales J2000 et les magnitudes associées (V) sont extraites des bases de données HyperLeda (http://leda.univ-lyon1.fr) et du CDS Portal (http://cdsportal.u-strasbg.fr/). Les données relatives aux supernovæ proviennent de The Open Supernova Catalog (https://sne.space/).
Sauf mention contraire, les illustrations sont issues des différents catalogues du Digitized Sky Survey (http://archive.stsci.edu/cgi-bin/dss_form).